PhilosophieSpiritualité

Vaccin philosophique pour l’âme

La parole juste

Les meilleurs exercices philosophiques concernent des pratiques simples à travers la vie du quotidien. Il nous faut pour cela exercer une bonne observation sur nous-même. La parole est un outil de tous les instants, accessible à tous, et ô combien difficile à contrôler. Dans les enseignements de Bouddha, nous trouvons un enseignement précieux à ce sujet. 

Siddhartha Gautama était prince du royaume de Kapilavastu, vaste et beau royaume. Un jour il demande à son père de visiter la capitale de son royaume. Sur son chemin, il rencontre un vieillard, un malade et un mort.  Il prend alors une vive conscience de l’impermanence de la vie, de la souffrance comme une constante à cette même vie.  Il comprend que cette souffrance est le fruit de nos désirs, de notre avidité. Il réalise que la cessation de la souffrance est l’entrée en Nirvana, la vérité absolue. Et il donne un enseignement pratique, précieux : le sentier qui conduit au Nirvana, le fameux Octuple Sentier. C’est le sentier des huit vertus, à travers lesquelles nous nous libérerons de la souffrance.
Ce Noble Sentier Octuple est le sentier qui conduit l’homme vers le meilleur de lui-même, vers sa propre immortalité. Cet enseignement est hors du temps ; il n’est ni vieux, ni nouveau. Il est éternel. Il a un rapport avec l’Être, et l’Être n’a ni nom, ni étiquette, ni temporalité. 
Il enseigne de s’exercer d’abord sur la conduite éthique (sila) par la parole juste, l’action juste et les moyens d’existence juste. Puis la discipline mentale (samadhi) autour de l’effort juste, l’attention juste et la concentration juste. Et enfin la sagesse (prajna) s’exerçant à travers la pensée juste et la compréhension juste.

« Meilleur que mille mots privés de sens est un seul mot raisonnable, qui peut amener le calme chez celui qui l’écoute ». Dhammapada 

La parole juste implique abstention du mensonge, de la médisance, de la calomnie et de toutes les paroles susceptibles de provoquer haine, inimitié, désunion, disharmonie entre les individus ou les groupes de personnes ; elle implique abstention de tout langage dur, brutal, impoli et des bavardages futiles, vains et sots. Si l’on n’a rien d’utile à dire, on devra garder un « noble silence ».

Par ailleurs, nous trouvons chez Socrate, un enseignement sur la parole qui va dans le même sens, recherchant la parole juste à travers 3 questions. Voici quel en est « l’exercice des 3 tamis » : 
– Le premier tamis est celui de la vérité. 
Peut-on vérifier que ce que nous disons est parfaitement exact ? ou est-ce juste une rumeur, ou tout simplement je répète ce que j’ai entendu dire ? 
– Le deuxième tamis est celui de la bonté. 
Est-ce quelque chose de bienveillant ? ou est-ce que cela va nourrir une critique ou un jugement négatif. ?
– Le troisième tamis est celui de la nécessité.  
Est-ce utile de raconter ce que l’on envie de dire ? En quoi ce sera constructif ? 

Si ce que nous avons à dire n’est ni vrai, ni bon, ni utile, il est préférable de l’ignorer, voire même de l’oublier…

À votre exercice ! 

Exercice philosophique : 
Qu’est-ce que pour vous la parole juste ? 
« Ma parole sera juste si … », donner 5 raisons

Exercice pour la clôture de la journée : 
Avant de vous coucher, notez vos observations sur vous-même, et votre rapport à la parole juste exercée dans la journée !

Exercice d’écoute musicale, pour s’accompagner dans l’art du silence …
Rachmaninoff : Piano Concerto N°2 opus 18 – Anna Fedorova – Complete Live Concert – HD
https://www.youtube.com/watch?v=rEGOihjqO9w

par Catherine PEYTHIEU
Formatrice de Nouvelle Acropole Paris V
©  Nouvelle Acropole

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page