Uranie, muse de l’astronomie, quand l’homme lève vers yeux vers les astres…  

Hommes et corps célestes ont des comportements semblables, et des chemins parallèles vers le même destin.

Aujourd’hui, j’ai vu Uranie, muse des astres, la Céleste, qu’il suffit, pour la voir, de lever les yeux. Mais aujourd’hui, il est très difficile de lever les yeux…

Uranie, muse de l'astronomie.

Uranie, muse de l’astronomie.

Aujourd’hui, nous sommes loin des muses, aveugles à l’inspiration supérieure, parce que nous avons appris à embrasser les cordes et les chaînes qui nous attachent de plus en plus à la terre. C’est pourquoi nous oublions qu’il y a un ciel, que les étoiles brillent en dépit de notre aveuglement et que les lois sacrées qui régissent l’univers continuent leur course inexorable, bien que les hommes prétendent avoir aboli l’ordre mathématique par de simples décrets de papier.
Aujourd’hui, j’ai vu Uranie, et je l’ai vue portant dans ses mains cet univers mu par des lois, cet univers vaste et fantastique où l’harmonie s’exprime à travers le nombre, le mouvement, les cycles et la vie qui toujours continue. Je l’ai vue bleue, très pure, entourée d’astres brillants, montrant depuis son monde sidéral les fils subtils grâce auxquels toutes choses existantes sont unies.

Loin des abstractions auxquelles nous a accoutumés la science, j’ai vu que les astres sont des êtres débordants de vie, qui développent leur existence, fixés à leurs corps de lumière, tout comme nous, les humains, avons besoin de notre corps pour apprendre et pour communiquer. J’ai vu comment le mouvement circulaire des astres ressemble à la constante rotation des hommes, lorsqu’ils vont d’un point à un autre de leurs villes pour s’acquitter de leurs vies quotidiennes. J’ai vu comment l’apparition et la disparition des astres coïncident avec ce que nous appelons sommeil et veille. J’ai vu comment ils cherchent leur soleil central et tournent autour, tout comme l’humain se dirige vers Dieu dans une recherche constante de perfection.
J’ai vu et j’ai compris la profonde connaissance des Anciens lorsque, apprenant du comportement de chaque astre l’être vivant qu’il était, ils l’associaient à différentes divinités, unissant symboles et significations en un essai de synthèse qui aide l’homme à se sentir partie de l’univers.

Uranie portant dans ses mains l'univers.

Uranie portant dans ses mains l’univers.

En voyant Uranie, j’ai senti l’élan des chemins parallèles, qui font qu’hommes et étoiles circulent vers le même destin, chacun selon ses possibilités. Nous, opaques ; elles, brillantes ; mais de la même essence au fond. Nous, seuls et désespérés ; elles, accompagnées d’Uranie, qu’ils suivent en marquant le pas de ses ondes mathématiques. Nous, en bas ; elles, en haut, mais faisant les uns et les autres un effort pour parvenir à la rencontre : elles, envoyant leurs éternelles effluves, et nous, apprenant à lever les yeux vers leurs présences tracées dans le ciel nocturne.

Lorsque s’éteint le Soleil du jour, lorsque s’estompent les préoccupations et les travaux qui t’ont accaparé jusque-là, élève, ami lecteur, tes yeux vers la nuit. Ne laisse pas les nuages obscurs t’abuser : derrière eux tu verras briller la mante d’Uranie, constellée de lumières qui battent au même rythme que ton cœur.

Cherche Uranie et tu verras que tu n’es pas seul ; que l’univers qu’elle te présente est infini et que, par-delà les douleurs humaines, il y a une promesse de grandiose éternité, dans un monde où brillent les astres frères, eux qui, ayant fait un pas de plus dans la vie, ont appris à transmuter l’obscur en lumineux, l’éphémère en durable. La vois-tu ? Pour la même raison que tu as levé les yeux, elle a baissé les siens vers toi et se signale par une étoile d’un éclat supérieur… ta propre étoile.

Traduit de l’espagnol par Marie-Françoise TOURET
N.D.L.R. :  Le titre et le chapeau ont été rajoutés par la rédaction
Par Délia STEINBERG GUZMAN