Satish Kumar

Pour une écologie spirituelle,
prendre soin de la Terre, de l’Âme et de la Société

Lors de son dernier passage en France, Satish Kumar est venu présenter son dernier livre « Pour une écologie spirituelle ». Partisan de Gandhi, il défend la non-violence, l’auto-gouvernance et l’accès à la terre pour tous, avec un ancrage spirituel.

 

 Le dernier livre de Satish Kumar, Pour une écologie spirituelle, paru aux éditions Belfond, développe une approche de l’écologie sur une vision globale et spirituelle de la place de l’homme dans l’univers, en partant de la triade Terre, Âme, Société. La revue Acropolis l’a interrogé à ce sujet.

Revue Acropolis : En quoi Gandhi a-t-il incarné pour vous la triade « Terre, Âme, Société » ?

Satish Kumar : Mahatma Gandhi était un prophète holistique et un activiste militant. Ce qui vient de la Nature, le social et le spirituel était un continuum pour lui. Sans la terre, la société ne peut exister. Sans les qualités de l’âme telles que la compassion, l’amour et la générosité, notre relation à la terre et à la société serait appauvrie. C’était le message sous-jacent du Mahatma Gandhi. Il était un grand adepte et pratiquant de la Bhagavad Gîtâ et je m’en suis inspiré pour inventer la trinité « terre, âme, société ».

A. : Quel est le principe le plus important que vous retenez de l’enseignement de Gandhi pour résoudre les problèmes actuels ?

S.K. : Le principe le plus important qui peut aider à résoudre les problèmes de notre temps est le principe de la non-violence, en sanskrit Ahimsaqui signifie simplement « ne pas blesser » : ne pas se blesser soi-même, ne pas blesser les autres et ne pas blesser les animaux, les forêts ou les autres êtres vivants. Actuellement le consumérisme et le matérialisme sont en train de nuire à la paix personnelle, la justice sociale et le monde naturel. Si nous pratiquons la non-violence, nous adopterons un mode de vie plus simple et nous ne poursuivrons pas le chemin d’un consumérisme toujours grandissant, d’une croissance matérialiste et économique.

A. : Vous écrivez que pour fonder la civilisation occidentale, il faut aller plus loin que la Révolution française et ses principes de liberté, égalité, fraternité. Qu’est-ce que vous entendez par cela ?  La civilisation occidentale n’existe-t-elle pas déjà ?

S.K. : Le triptyque française « Liberté, Égalité, Fraternité » est un triptyque anthropocentrique. Il s’agit de la liberté humaine, de l’égalité humaine et de la fraternité humaine. Nous avons besoin d’une triade holistique pour notre époque. Une triade qui inclut des relations harmonieuses entre les humains et la Nature, incluant le bien-être personnel et aussi la justice sociale et l’harmonie. Par conséquent, cette nouvelle triade « Terre, Âme, Société » aidera à instaurer une nouvelle civilisation écologique et à sortir de la vieille civilisation industrielle. La civilisation occidentale a été construite sur l’industrialisation et le matérialisme. Cette civilisation a amené nous a amené de gros problèmes comme les armes nucléaires, le réchauffement climatique, la pollution et le gaspillage. Nous avons donc besoin d’une nouvelle civilisation, une civilisation écologique qui apportera paix et harmonie dans le monde.Liberté, égalité, fraternité

A. : Quel est le rôle de la spiritualité dans le nouveau paradigme à mettre en place ?

S.K. : L’existence est faite de deux dimensions interdépendantes intégrées l’une dans l’autre : le monde extérieur et le monde intérieur. Actuellement, l’humanité se focalise seulement sur le monde extérieur, le monde visible. Mais le monde intérieur de la spiritualité est aussi important et essentiel à comprendre que le monde extérieur. Si nous n’avons aucune spiritualité, nos relations avec le monde naturel et le monde humain seront abusives et compétitives mais avec la spiritualité, nous pouvons établir l’harmonie, la cohésion et la paix. La spiritualité consiste à instaurer une juste relation fondée sur les valeurs d’amour, de compassion et de générosité.
Ce que proposait Simone Weil, pour reconstruire moralement une France effondrée au sortir de la 2eGuerre mondiale, est aujourd’hui exactement ce dont nous avons besoin pour éduquer à la transition : une éducation aux « besoins de l’âme », une éducation aux « obligations envers les hommes » et non seulement aux « droits de l’homme ».

Épanouissement de fraternité, de joie, de beauté, de bonheur.

Épanouissement de fraternité, de joie, de beauté, de bonheur.

Pour tous les philosophes citoyens engagés dans la construction d’un monde meilleur, il est important de comprendre que les besoins de l’âme doivent guider les nouvelles formes éducatives et les nouvelles formes d’action qui se mettent en place à l’heure actuelle. Si nous le faisons, c’est certain que peu à peu nos vies et nos sociétés vont commencer à respirer un autre air.

« On reconnaît dans une société que les besoins de l’âme sont satisfaits par un épanouissement de fraternité, de joie, de beauté, de bonheur. Là où il y a repliement sur soi, tristesse, laideur, il y a des privations à guérir. »

 

Propos recueillis par Marie-Agnès LAMBERT

Traduit par Lilian GAILLARD

 

Satish Kumar

 Ancien moine jaïniste, Satish Kumar  s’est d’abord intéressé à la Bhagavâd Gîtâ puis à la vision de Gandhi, la non-violence, l’auto-gouvernance et l’accès à la terre par tous. Il s’est rapproché de son bras droit, Vinoba Bhave pour être en contact avec le terrain. Il a rencontré Martin Luther King aux États-Unis. Sensible à l’avenir de la planète et contre la course au nucléaire, partisan de la désobéissance civile, il a entamé une marche de 40 000 km pour la paix, espérant faire pression sur les autorités, en ralliant à pieds les 4 capitales du monde nucléaire : Moscou, Paris, Londres et Washington.
Installé en Angleterre, il dirige la revue alternative Résurgenceet écrit des livres et anime des conférences sur les questions environnementales sous un angle spirituel.
Satish Kumar est l’auteur entre autres de Tu es donc je suis, Éditions Belfond, 2015 et de Pour une écologie spirituelle, la Terre, l’Âme, la Société, une nouvelle trinité pour notre temps, Éditions Belfond, 2018.

 

Satish Kumar à Bordeaux
Conférence et marche méditative

Satish Kumar rencontre associations ecocitoyennes à Bordeaux.

Satish Kumar rencontre associations ecocitoyennes à Bordeaux.

Satish Kumar a animé une conférence à Paris sur la sortie de son dernier livre puis est venu à Bordeaux pour rencontrer des associations éco-citoyennes, auxquelles il a répondu sur un certain nombre de questions.
Une marche méditative et silencieuse a été organisée. L’idée était de se concentrer, d’être présent, et de s’imaginer que chaque pas représentait 1 million d’années. Le départ s’est organisé depuis la maison éco-citoyenne, quai Richelieu, correspondant à l’origine du monde, jusqu’au lieu de la conférence, symbolisant le monde actuel. Chaque étape de la marche symbolisait une étape de l’évolution du monde, jusqu’à l’arrivée de l’homme. Une méditation a été proposée, pour invoquer le sentiment de gratitude pour la Nature.

Marche silencieuse à Bordeaux pour la venue de Satish Kumar.

Marche silencieuse à Bordeaux pour la venue de Satish Kumar.

Pour Satish Kumar, la paix, est un chemin de vie à faire en soi-même et avec la Nature et les autres, d’où la triade « Terre, Âme, Société ». Il s’agit de faire de notre mieux, en se mettant au service mais sans attendre aucun résultat. Il faut d’abord être le changement, avant de communiquer et d’organiser ce changement autour de soi.

 

  • Le 23 décembre 2018

Leave a Reply