Éducation

Qi Gong en été : Rafraichir le Cœur par le Métal

L’été est propice pour pratiquer une activité physique sur son lieu de vacances. En médecine chinoise, il existe une pratique énergétique, le Qi Gong qui suit le rythme des saisons. Pour chaque saison, des exercices sont proposés, harmonisant les organes du corps en rapport avec la saison et l’élément qui y est associé. L’été régit le système Cœur et l’énergie du Feu.

 

331.Qi Gong Été.Soleil

En énergétique chinoise, la saison de l’été est caractérisée par la dominance de l’énergie climatique de la chaleur. Dans notre corps, le système en rapport avec l’été est le système « Cœur » (1) qui est le mouvement « Feu » dans notre corps.

Le système « Cœur » comprend les vaisseaux sanguins, le cœur, l’intestin grêle, la langue.
Le « Cœur » n’est pas simplement l’organe qui gère la dynamique du sang. Il régit la fonction mentale. Les méridiens associés sont le Méridien du Cœur et le Méridien de l’Intestin Grêle

L’énergie climatique de la saison peut le fragiliser par un « excès » de chaleur ; il faut donc pouvoir le « rafraichir ».

Nous vous proposons un exercice simple de Qi Gong, qui vise à « rafraichir le Cœur » en période de forte chaleur et de montée de la chaleur corporelle : Rafraichir le Cœur par le Métal. Le « Métal » dont il s’agit est le système « Poumon » qui va évacuer le surplus de chaleur, tant par la respiration que par la circulation de l’énergie.

La respiration se fait de la façon suivante : L’inspiration (douce) se fait exclusivement par le nez comme dans les autres exercices de Qi Gong. Elle se fait en respiration « taoïste », c’est-à-dire en respiration ventrale inversée. Quand on inspire, on rentre le ventre, la ceinture abdominale, et on relève un peu plus le périnée. Dans cet exercice, l’expiration se fait de façon forte, sonore, forcée, par la bouche, en expirant l’air du plus profond des poumons jusqu’au dernier souffle.

Description de l’exercice

Position de départ : Figure N°1

Pieds parallèles écartés d’une largeur d’épaules. Le regard est à l’horizon, la pointe de la langue en léger contact avec le sommet du palais (sensiblement à la limite de la zone ondulée et de la zone lisse du palais). Le menton tombe naturellement (nuque décontractée).
Creuser légèrement la poitrine, rentrer légèrement le ventre, basculer légèrement le bassin en avant (rétroversion) afin que le périnée et le somment du crane soient alignés. Relever délicatement le périnée. Les genoux sont déverrouillés, légèrement tournés vers l’extérieur de façon à ce que la plante des pieds soit bien à plat au sol. Le poids du corps porte légèrement vers l’avant des pieds (tiers antérieur de la plante des pieds de façon à alléger le poids sur les talons).

Prise de position :  Figure N°1
Les mains à plat, dans le prolongement des avant-bras (le poignet n’est pas cassé), petit doigt écarté des autres dans le même plan que la main. Cette position du petit doigt devra être maintenue durant tout l’exercice ou la série d’exercices !

Figure N°2

Inspirer doucement en croisant les bras, et en les relevant de la façon suivante : le moteur du mouvement est dans les épaules, puis dans les coudes, le bout des doigts reste dirigé vers le bas.

Figure N°3

Lorsque les avant-bras sont parvenus au niveau du front, légèrement au-dessus de la tête, déployer les bras sur les côtés. (Figure N°4)

Figure N°5

Maintenir les bras à l’horizontale, les avant-bras étant soit verticaux, soit inclinés à 45°, mais pas plus. Les paumes des mains orientées vers l’extérieur, poignets dans le prolongement des avant-bras. Paumes plates, petit doigt toujours écarté. Apnée durant 4 à 5 secondes.

Figure N°6

Expiration forte, par la bouche par un mouvement du diaphragme, en relâchant les bras qui se portent vers l’avant, comme si l’on voulait saisir quelque chose avec nos ailes déployées. Le dos est détendu. Le poignet doit être déverrouillé à ce moment, et une légère ondulation  doit accompagner ce mouvement avant que le poignet ne revienne dans l’axe du bras lorsqu’on ramène les bras vers le plexus solaire.

Figure N°7

Les bras se joignent presque et on ramène les coudes vers le corps. La position des bras est horizontale. Les paumes sont face vers le ciel. La position des coudes contre le plexus.
Les coudes sont presque à se toucher, mains légèrement écartées du fait des petits doigts toujours écartés des autres doigts. Les mains sont toujours dans le prolongement des avant-bras. Le regard est à l’horizon, le dos plat, penché à 45 ° vers l’avant, jambes verrouillées.
Sans inspirer, relâcher, et reprendre la position de départ.
Inspirer pour débuter un nouvel enchaînement.

Faire une série de 10 enchaînements.

À pratiquer tous les jours.

(1) Les termes en majuscule font référence à des notions de médecine chinoise et non aux organes connus en médecine actuelle. Le cœur est l’organe que chacun connaît ; le Cœur est le système énergétique.
Cet exercice est extrait du livre « Qi Gong saisonnier » de Jean-Pierre LUDWIG, Éditions Hygie France, 2017,  134 pages
par Jean-Pierre LUDWIG
© Nouvelle Acropole

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page