L’héritage de Napoléon

Après avoir abordé le parcours fascinant et controversé de Napoléon, intéressons-nous à son apport et son héritage dans la société actuelle et particulièrement en France.

Napoléon s’est inscrit dans le prolongement de la République, en assumant un changement profond mais aussi la continuité.

La Constitution de l’an III (1795) a confié le gouvernement de la République française au Directoire, composé de cinq chefs de gouvernement. La Constitution de l’an VIII confie son gouvernement à trois consuls dont le premier est « le citoyen Bonaparte ». Puis deux assemblées de la République (le Tribunat et le Sénat) votent une loi – le sénatus-consulte du 28 floréal an XII (1804) – qui confie le gouvernement de la République à un Empereur. Cette nouvelle constitution nomme le Premier consul Bonaparte empereur, mais ne met pas fin à la République (1). Elle en est une continuité et un moyen de pérenniser les acquis de la Révolution par rapport à l’ancien Régime.
Cette décision des assemblées est ratifiée par le peuple français (référendum sur la Constitution de l’an XII). Le vote du peuple précède ainsi la cérémonie du sacre de l’empereur devant le pape. Malgré les limites de ces scrutins, cette nomination et ce changement de gouvernement sont issus d’une décision de deux assemblées et d’un référendum.

L’héritage de Napoléon à la France d’aujourd’hui

 Napoléon nous permet de comprendre des racines fondamentales de la société française actuelle. L’historien Max Gallo écrira (2) : « Il [lui] suffit de moins de 5 années – 1799-1804 – pour […] jeter sur le sol de la France quelques « masses de granit ». Ces menhirs et dolmens institutionnels, du Code civil à l’Université et à la Banque de France, y demeurent souvent encore, et même quand ils ont été érodés, remodelés, parfois enfouis, les empreintes qu’ils ont laissées dans l’âme de la France sont si nettes qu’on peut dire que Napoléon Bonaparte, Premier Consul ou empereur, a dessiné la géographie administrative et mentale de la nation. »

Selon Patrice Gueniffey, historien et directeur d’études à l’École des Hautes Études de Sciences sociales, « il ne lègue pas un type de gouvernement, mais enracine l’héritage de la Révolution, qu’il transforme en institutions et en lois. L’organisation administrative de la France relève de « quelques masses de granit » qu’il a jetées sur le sol. Cette administration assure sans trop de dommages la continuité du pays en dépit d’une instabilité politique chronique tout au long du XIXe, voire jusqu’à la Constitution de 1958. » (2)

Les nombreuses traces de Napoléon dans la France d’aujourd’hui

Le Code civil est l’une de ses plus remarquables contributions. Sous l’Ancien Régime, chaque région dictait ses propres lois. L’objectif était de rédiger un code juridique commun à tous les Français (comment pourraient-ils être égaux en droit sans code commun à toute la nation ?). Opposant à la création de l’Empire, le parlementaire Carnot dira dans un discours : « Ne dussions-nous à Bonaparte que le Code civil, son nom mériterait de passer à la postérité. » (3)

Napoléon a achevé l’unité politique nationale, selon le principe d’unité et d’indivisibilité de la République. Il a mis en place de nouvelles institutions parvenues jusqu’à nous, car conformes aux nécessités historiques.
En 1802, Napoléon crée le premier lycée. Avec la progression de l’enseignement secondaire grâce à la création des lycées, il veut aller plus loin et crée l’Université (1806). Notre cadastre est institué en 1807, un cadastre parcellaire unique et centralisé, une sorte d’état-civil de la propriété, clé pour l’application du principe républicain d’une propriété inaliénable pour tous les citoyens.

Dans ses apports, citons aussi l’administration territoriale de la France (avec ses préfectures, préfets et sous-préfets), les conseils de prud’hommes (tribunaux chargés de résoudre les conflits entre patrons et ouvriers), le retour de la paix religieuse (avec le Concordat), la numérotation des rues, le baccalauréat, le franc germinal, l’abolition de la traite négrière, les sapeurs-pompiers, le ramassage généralisé des ordures, les Chambres de commerce, le Sénat, la Cour de cassation, la Cour des comptes, la Banque de France, la Bourse, l’administration fiscale, les corps intermédiaires de l’État, le Conseil d’État, le code du commerce, les codes de procédures civile, d’instruction criminelle et pénal… (4)

En 15 ans, le gouvernement de Napoléon a tant légué à la France d’aujourd’hui que cet article ne peut en faire la liste complète et la démonstration, ni la comparaison avec d’autres chefs d’État français.

Les bases de l’Égyptologie

À la fois scientifique et militaire, l’expédition de Bonaparte en Égypte (1798-1801) a permis la naissance de l’égyptologie. Échec militaire, le succès scientifique est majeur. Cette commission scientifique rassembla plus de 150 savants, ingénieurs et techniciens de toutes disciplines (mathématiciens, astronomes, architectes, dessinateurs, graveurs, médecins, botanistes, zoologistes, minéralogistes, géographes, orientalistes, interprètes…) (5).
Parmi leurs nombreuses découvertes, celle de la Pierre de Rosette a des suites considérables, car c’est grâce à elle que Champollion déchiffre les hiéroglyphes égyptiens.

De cette expédition résulte une œuvre scientifique monumentale qui est le fondement de l’égyptologie, dont une description encyclopédique de l’Égypte (zoologie, botanique, topographie, archéologie, sculpture…).

Loin des clichés ou jugements à l’emporte-pièce, Napoléon Bonaparte est donc bien plus qu’un grand militaire. Comme d’autres grands personnages historiques, il s’intéressait aussi beaucoup aux sciences et aux arts, et a légué de nombreux apports politiques et civilisationnels à notre société actuelle. Que restera-t-il des apports des derniers présidents d’ici 50 ans ? Après 200 ans, l’héritage historique de Napoléon reste majeur et vivant.

(1) Constitution de l’an XII, consultable dans Les textes fondamentaux de la Présidence (https://www.elysee.fr/la-presidence/le-senatus-consulte-organique-du-28-floreal-an-xii)
(2) Max Gallo, L’âme de la France, Une histoire de la Nation des origines à nos jours, Éditions Fayard, 2007, 608 pages
(3) Hippolyte Carnot, Mémoires sur Lazare Carnot, 1753-1823, Éditions Hachette, 2 volumes, 1907
(4) Thierry Lentz, Napoléon et la France, Éditions Vendémiaire, 2015
(5) P. De Meulenaere, Bibliographie raisonnée des témoignages de l’Expédition d’Égypte (1798-1801), Éditions Chamonal et François, 1993, 315 pages

A lire
Napoléon et la France
par Thierry LENTZ
Éditions Vendémiaire, 2015, 252 pages, 20 €

Napoléon
Dans l’intimité d’un règne
par Dimitri CASALI
Éditions Larousse, 2021, 128 pages, 34,95 €

Expositions à voir

Les musées étant réouverts, profitons-en pour partir à la découverte de Napoléon, dans le cadre du bicentenaire de sa mort.

Napoléon, l’exposition événement
La Grande Halle de la Villette/Paris
jusqu’au 19 décembre 2021

Napoléon Bonaparte est un personnage, autant admiré que controversé, dont la vie oscille entre héroïsme et tragédie, victoire et défaite, avancées modernes et mesures régressives, qui a façonné la France d’aujourd’hui. Plus de 150 œuvres créées sous l’Empire, des objets ayant appartenu à Napoléon, ainsi que d’autres créations contemporaines, reconstitutions historiques et dispositifs numériques) vous permettront de plonger au cœur des moments décisifs de l’Histoire de France.

La Grand Halle de la Villette
211, avenue Jean Jaurès – 75019 Paris
Tel : 01 40 03 75 75
Réservation indispensable pour visiter l’exposition
https://www.ticketmaster.fr/fr/edito/codtypadh/FTT/numadh/01/codeconf/FTMS01/idtier/27107731?page=napoleon-lexposition.htm&utm_source=lavillette&utm_medium=website&utm_campaign=sell
https://www.youtube.com/watch?v=kqWmAi98iOs

 

Napoléon n’est plus
Exposition co-organisée avec la Fondation Napoléon
Musée des Armées des Invalides à Paris

Jusqu’au 31 octobre 2021

L’exposition se propose de revenir sur les grands sujets qui entourent la mort de Napoléon en renouvelant les perspectives. Convoquant de nouvelles disciplines scientifiques (archéologie, médecine, chimie) afin de compléter les sources historiques déjà connues et les témoins matériels de cette histoire, le musée de l’Armée offre aux visiteurs tous les éléments nécessaires afin qu’il puisse mener lui-même l’enquête.

Réservation en ligne conseillée (choisir sa date de visite et accéder au parcours directement sans faire la queue)
https://musee-armee.tickeasy.com/fr-FR/accueil

Hôtel national des Invalides
129, rue de Grenelle
75007 Paris
Tel : 01 44 42 38 77

Possibilité de réduction sur les billets des deux expositions. Se renseigner sur la réservation de billets dans les deux musées.

Par Fabien DUVAL
Formateur à Nouvelle Acropole de Rouen

© Nouvelle Acropole