Les exercices spirituels dans la philosophie antique, les conseils de Sénèque et Philo d’Alexandrie

Les écoles de philosophie antiques ont enseigné la philosophie comme un art de vivre au quotidien, en mettant en pratique les enseignements pour expérimenter et se transformer. Les philosophes Sénèque et Philon d’Alexandrie proposent des exercices spirituels à pratiquer tous les jours.

Voici les exercices spirituels que conseille Sénèque (entre 4 av. J.-C. et l’an 1 ap. J.-C. – 65 ap. J.-C.) :
– L’attention : Vivre chaque jour comme si c’était le dernier. Avoir conscience du présent.
– La méditation : Prévoir les problèmes et les difficultés pour trouver les solutions. Réfléchir sur les maximes et les préceptes.
– La remémoration : Avant de commencer la journée, penser à ce que nous voulons faire et comment. En terminant la journée, revoir ce qui a été fait, examiner les attitudes devant le tribunal de la conscience.
– L’examen de soi-même : prendre conscience de ce que nous pensons des choses, voir si nous pouvons préciser nos critères.
– Se connaître pour se dominer. Que notre meilleure partie soit celle qui nous gouverne.
– Ne pas souffrir inutilement, ne pas nous tourmenter avec des maux qui ne sont pas arrivés.
– Accepter ce que nous ne pouvons pas changer. S’habituer à chercher le pourquoi des
évènements, les causes des choses. Avoir une maxime ou un enseignement d’un philosophe chaque jour pour nous inspirer et essayer de le mettre en pratique.
– Avoir un bon ami ou quelqu’un avec qui partager nos rêves de croissance intérieure.
– Avoir ses propres critères sur les choses, ne pas se laisser emporter par l’opinion des autres.
Vivre comme si un homme sage nous observait.
De l’harmonie avec la nature naît également l’euthymie, la stabilité de l’esprit que Sénèque traduit par la tranquillité.

Philon d’Alexandrie (vers 20 av. J.-C. – 45 ap. J.-C.) préconise également la pratique d’exercices spirituels d’inspiration stoïcienne et platonicienne, que Pierre Hadot a rassemblés dans son livre Exercices spirituels et philosophie antique (1).
La reconstruction des listes réalisées par l’auteur nous renvoie à trois types d’exercices :

  1. L’attention, la méditation et la remémoration de tout ce qui nous est bénéfique.
  2. La lecture, l’écoute, l’étude et l’examen approfondi.
  3. La maîtrise de soi, l’accomplissement des devoirs et l’indifférence devant les choses indifférentes.

L’attention consiste en une vigilance et présence d’esprit, dans une conscience de soi toujours alerte, dans une constante tension spirituelle. Elle permet de donner une réponse immédiate aux évènements si les enseignements qui ont été trouvés auparavant dans la méditation ont été assimilés.

La méditation concerne les principes fondamentaux formulés en peu de mots, pour qu’ils soient facilement accessibles, donc applicables avec l’assurance et la constance d’un mouvement réflexe. On doit se représenter à l’avance les problèmes propres à l’existence : la pauvreté, la souffrance, la mort. On doit les regarder en face, en se rappelant qu’ils ne sont pas mauvais, puisqu’ils ne dépendent pas de nous. Ils devront être des formules à caractère persuasif auxquels on pourra recourir face à tout évènement, afin de contrôler les impulsions de peur, colère ou tristesse.

La pratique quotidienne de ces exercices spirituels demande de la persévérance, de la constance et révèle notre devoir en tant qu’êtres humains. C’est l’essence de l’activité spirituelle, de l’universalité. Cette persévérance quotidienne dans l’accomplissement de notre devoir nous permet d’atteindre cette caractéristique que la tradition antique appelait la grandeur de l’âme.

(1) Exercices spirituels et philosophie antique, Pierre Hadot, Éditions Albin Michel, nouvelle édition, 2002, 416 pages
Article traduit de l’espagnol par Michèle Morize et extrait de la revue Sphinge de mars 2020
par Francisco CAPACETE