Écologie-Nature

Les abeilles, un modèle de vie pour la nature et la collectivité

À l’occasion du Jour de la Terre, Eric Hochuli, formateur de Nouvelle Acropole Strasbourg a animé une conférence sur la vie des abeilles, un modèle de vie pour la nature et la collectivité.

Depuis la nuit des temps, les abeilles nous nourrissent et nous inspirent tout en pollinisant les plantes à fleurs. Elles nous apportent le miel, qui peut se conserver jusqu’à 2000 ans, la cire pour les bougies, le pollen, complément alimentaire protéiné, la propolis, ciment naturel antiseptique et antifongique et la gelée royale, nourriture de la reine et fortifiant apprécié.

Une société organisée dans le respect de la Nature  

Les abeilles forment une petite société organisée qui fonctionne harmonieusement. Elles visitent les fleurs sans les abîmer et rapportent à la ruche le nectar et le pollen, tout en disséminant le pollen, ce qui augmente la biodiversité. Elles n’ont aucun impact négatif sur la nature ! 
Travailleuses ne s’arrêtant jamais, elles assument les différentes fonctions de la ruche tout au long de leur vie : d’abord nettoyeuses, puis cirières, nourricières, butineuses et enfin porteuses d’eau, elles peuvent héroïquement sacrifier leur vie pour défendre la ruche.
Elles sont aussi très ordonnées, triant le pollen, le couvain et le pollen dans les différents cadres qu’elles construisent en alvéoles hexagonales.

Une hiérarchie bien huilée

Les abeilles sont réparties en trois castes : la reine qui pond jusqu’à 8000 œufs par jour, pendant 3 ans environ, les ouvrières femelles issues des œufs fécondés, et les mâles faux bourdons des œufs non fécondés. Comme les mâles ne font rien sauf féconder la reine, les abeilles les chassent à la fin de l’été. Au printemps, la moitié de la ruche essaime avec la vieille reine, laissant la place à une nouvelle reine.

Bien vivre ensemble

La ruche est un peuple autonome, qui connaît ses lois et n’a pas besoin de hiérarchie, c’est une famille unie qui se réunit chaque soir en grappe pour une discussion silencieuse. 
Les abeilles sont dévouées au collectif et développent l’harmonie ; elles ne se battent pas entre elles ; seules les reines peuvent se combattre, elles n’ont donc pas besoin de guerres !
Par toutes leurs qualités, les abeilles sont un modèle de vie en collectivité et peuvent toujours nous inspirer à  vivre harmonieusement en respectant la beauté et la perfection de la Nature.
Elles sont aussi un modèle de vertus pour les humains.

Un atelier a eu lieu pour faire découvrir aux participants le jardin de permaculture ainsi que les ruchers d’abeilles dans les « jardins d’Ober » à dix minutes en voiture de Strasbourg.

Pourtant, elles sont menacées aujourd’hui de disparition, alors que leur rôle de pollinisation entre autres dans la nature est essentiel et que sans elles, des espèces animales risqueraient de disparaître.
Comme l’a dit Albert Einstein, « Si les abeilles venaient à disparaître, l’homme n’aurait plus que quatre années devant lui. Sansabeilles, plus de pollinisation, plus de plantes, plus d’animaux, plus d’hommes. »

Lire l’article d’Isabelle Ohmann, Le mystère de la disparition des abeilles, paru dans la revue n°217 (03.2011) et dans le Hors-série N°1 (09.2011)
par Monique WEHR
Membre de Nouvelle Acropole Strasbourg
© Nouvelle Acropole
La revue Acropolis est le journal d’information de Nouvelle Acropole

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page