LittératurePhilosophie

Le Roi, monarque absolu et universel

En ce mois de septembre la reine Elizabeth II nous a quitté, après 70 ans de règne. Comment lui rendre hommage ? Avec le passage du roi du « Petit Prince » d’Antoine de Saint-Éxupéry. N’était-elle pas, comme lui, un monarque universel mais aussi, comme lui, quelque peu un monarque absolu ?

Saint-Exupéry, décrit le roi du petit prince avec un visage à double face : « Non seulement c’était un monarque absolu mais c’était un monarque universel. »

Arrêtons-nous un instant sur ce paradoxe, monarque absolu et monarque universel. Si le roi est un monarque absolu, peut-il être bon ? Assurément, non. Si le roi est un monarque universel, peut-il être dictatorial ? Impossible. Nous sommes bien devant un roi à deux têtes. Sa première face, monarque absolu, est la plus facile à interpréter. La deuxième, monarque universel, se cache derrière la première. Elle est plus difficile d’accès. Comment en parle Saint-Exupéry ?

Le philosophe-roi

Saint-Exupéry décrit le roi plein de bonté, porteur de vertus qui nourrissent sa fonction de souverain. Il connaît l’art de commander. « Mais, comme il est très bon, il donnait des ordres raisonnables. » Il est lucide envers la nature humaine : « Il faut exiger de chacun ce que chacun peut donner. » Ses ordres évaluent la mesure de chaque chose, il en connaît la probité : « Si j’ordonnais à un général de se changer en oiseau de mer, et si le général n’obéissait pas, ce ne serait pas la faute du général. Ce serait ma faute. ». Riche de son expérience, il enseigne au petit prince deux valeurs de commandement, l’autorité et l’obéissance : « L’autorité repose sur la raison. […] J’ai le droit d’exiger l’obéissance parce que mes ordres sont raisonnables. » Bien plus, il l’initie à une sagesse ultime : « Tu te jugeras donc toi-même, lui répondit le roi. C’est le plus difficile. Il est bien plus difficile de se juger soi-même que de juger autrui. Si tu réussis à bien te juger, c’est que tu es un véritable sage. — Moi, dit le petit prince, je puis me juger n’importe où. Je n’ai pas besoin d’habiter ici. »

Le roi et les lois de la nature

Observateur, à l’écoute des lois de la Nature, le bon roi sait qu’il ne peut pas lutter contre elles, qu’il ne peut pas leur imposer les excentricités d’un despote ; bien au contraire, il doit leur obéir, les épouser, les unir à sa propre volonté. Il sait que ces lois qui ordonnent l’univers et lui confèrent son rythme impérieux, doivent l’animer s’il veut agir avec justesse. Le petit prince, quant à lui, n’est pas encore éveillé aux devoirs du ciel, il est encore vert dans son apprentissage. En totale méconnaissance des lois universelles, il dicte ses envies comme un monarque absolu, par caprice et impulsion : « Ordonnez au soleil de se coucher… » Le roi lui répond avec la sagesse de celui qui gouverne au rythme des cycles dictés par la course des étoiles, et qui en connaît l’harmonie.  « Ton coucher de soleil tu l’auras. Je l’exigerai. Mais j’attendrai, dans ma science du gouvernement, que les conditions soient favorables. »

Alors ce roi, couronné et habillé de l’étoile à cinq branches, qui pense comme un philosophe et agit comme un sage, qui vit au rythme du cosmos et obéit aux lois inexorables de la Nature, qu’affirme-t-il ? Notre bon roi est un Roi du Monde, il sait gouverner avec les lois universelles… 

Extrait du livre 
Le Petit Prince
Un voyage philosophique entre Ciel et Terre
Tome 2 La traversée et le retour
par Olivier LARRÈGLE
Éditions Ancrages, collection Petites conférences philosophiques, 2022, 117 pages, 8 €
Lire également du même auteur
Le Petit Prince
Un voyage philosophique entre Ciel et Terre
Tome 1, La préparation à la traversée 
Par Olivier LARRÈGLE
Éditions Ancrages, Collection Petites conférences philosophiques, 2019, 96 pages, 8 €
par Olivier LARRÈGLE
Président de Nouvelle Acropole Biarritz
© Nouvelle Acropole
La revue Acropolis est le journal d’information de Nouvelle Acropole

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page