Le rat taupe nu, champion de la longévité et de la bonne santé

La nouvelle star de la science médicale est le Rat-taupe nu, en cours d’examens sous toutes les coutures dans une trentaine de laboratoires dans le monde. Il intrigue au plus haut point tous les scientifiques qui s’intéressent à la longévité humaine en bonne santé. 

Cette petite souris vit en Afrique de l’est (Ethiopie, Kenya, Somalie). Elle vit 30 ans en bonne santé, ce qui représenterait pour nous 600 ans de notre vie en forme comme à 18 ans, et ne fait jamais de cancer ni de maladie cardio-vasculaire. Plus stupéfiant encore, elle ne vieillit pas et peut se reproduire à un âge avancé. La gestation est d’environ 70 jours, et la taille des portées est d’une douzaine mais peut aller jusqu’à 27, record absolu chez les mammifères. 

Une vie souterraine en colonie

Les rats-taupes nus ont une tête aux muscles de la mâchoire particulièrement développés, avec de grandes incisives proéminentes qu’ils utilisent pour forer leurs galeries. Mesurant jusqu’à 30 cm de long ils peuvent peser jusqu’à 1,5 kg. Ils sont pratiquement glabres, à la peau rosée et translucide, à l’exception de la tête et de la queue qui possèdent des longs poils sensitifs et des pattes qui portent des poils entre les orteils. Adaptés à leur mode de vie souterrain, leurs capacités visuelles sont atrophiées mais leur odorat et leur ouïe sont bien développés. Ils se nourrissent de racines et de tubercules qui leur fournissent l’eau dont ils ont besoin.
Ils vivent en colonie comme les fourmis et les abeilles et ont une reine qui assume à elle seule la reproduction de toute la colonie, qui peut compter 70 à 300 individus. À la mort de la femelle dominante, les autres femelles se battent pour définir qui pourra prendre sa place, comme on peut le voir chez les abeilles.

Une résistance et une longévité exceptionnelles

Leur particularité majeure, outre leur longévité exceptionnelle, est leur résistance au cancer qui serait due à deux facteurs. Seuls parmi les mammifères ils peuvent régénérer leurs neurones du système nerveux central  après une lésion, comme le font les poissons et les grenouilles. Et d’autre part ils sont adaptés génétiquement à leur environnement souterrain grâce à la production d’une grande quantité d’acide hyaluronique qui rend leur peau élastique et épaisse. Cette substance agit comme une cage autour des molécules de la matrice extracellulaire et isole le développement de tumeurs potentielles (1).

Plus incroyable encore : il semble qu’il ne vieillisse pas ! Les chercheurs l’avaient remarqué depuis longtemps mais Rochelle Buffenstein (Google Biotech), qui étudie les rats-taupes nus depuis trois décennies, a voulu aller plus loin et vérifier cette impression, partagée par ses collègues, grâce aux chiffres. Les rats-taupes nus ne devraient pas vivre plus de six ans. Or, le plus vieux rat-taupe nu connu en laboratoire… a 35 ans ! Et, parmi certains de ses congénères qui ont plus de 30 ans, des femelles restent encore fertiles. Inutile de dire que les chercheurs aimeraient connaître leurs secrets. Autre particularité : il peut survivre dix-huit minutes sans oxygène : il perd connaissance, mais retrouve une activité normale et sans séquelles une fois l’air revenu. Cette particularité serait due à un métabolisme spécifique du fructose, qui le transforme en énergie sans utiliser d’oxygène. Encore une particularité stupéfiante, son risque de mortalité n’augmente pas avec l’âge. 

Les rats-taupes nus semblent par ailleurs souvent insensibles à la douleur, ne produisant pas le neurotransmetteur de la douleur appelé « substance P » : les tests réalisés avec des acides, des brûlures ou d’autres types d’agressions n’ont provoqué aucune réaction de fuite chez ces animaux.

Ce petit animal a encore une chose intéressante à nous apprendre : il appartient à une espèce eusociale, c’est-à-dire organisée en colonie au sein de laquelle les tâches sont réparties entre défense, nourriture et reproduction, en somme une garantie de survie de l’espèce !

(1) Travaux publiés en 2013 par Vera Gorbunova et Andrei Seluanov de l’Université de Rochester, à New York, dans la Revue Nature
Lire sur internet
https://www.lemonde.fr/sciences/video/2019/05/31/le-secret-antidouleur-des-rats-taupes-nus_5469773_1650684.html
https://www.arte.tv/fr/videos/078162-001-A/xenius-le-rat-taupe-nu-un-rongeur-qui-ne-connait-pas-la-douleur/
https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/biologie-rat-taupe-nu-longevite-exceptionnelle-jamais-cancer-43684/
https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Environnement/Le-rat-taupe-star-laboratoires-2018-02-20-1200915095
https://blog.defi-ecologique.com/rat-taupe-nu-rongeur-special/
https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/17851/reader/reader.html#!preferred/1/package/17851/pub/25584/page/4
https://www.lci.fr/sciences/video-il-resisterait-aux-maladies-et-ne-vieillirait-pas-le-rat-taupe-nu-la-nouvelle-star-des-laboratoires-2102884.html
http://www.slate.fr/life/74215/rat-taupe-nu-secret-cancer
https://www.sciencesetavenir.fr/sciences/le-rat-taupe-nu-livre-un-peu-plus-de-secrets-sur-sa-longevite_1980
Par Michèle MORIZE