Le 8 mars, Journée internationale des Droits des Femmes Une initiative récente du XXe siècle

Le 8 mars 2020 sera célébré la Journée internationale des Droits des Femmes, décrétée par l’Organisation Mondiale des Nations Unies (O.NU.). L’occasion d’organiser de nombreux évènements en hommage aux femmes dans de nombreux pays du monde mais également de faire le point sur leur situation et leurs droits.

La Journée internationale des Droits des Femmes est née au début du XXe siècle.

Obtenir de meilleures conditions de travail et le droit de vote

Bien que l’article 1er de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, proclame en 1789 que « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits », il semble que les femmes en soient exclues dans de nombreux pays encore au XXe siècle. C’est pour cette raison que les femmes ouvrières et femmes suffragettes se rassemblèrent pour lutter pour l’obtention de meilleures conditions de travail et du droit de vote, au même titre que les hommes.

C. Zetkin et R LuxembourgL’idée d’une Journée internationale pour les Droits des Femmes a été discutée lors de la 2e conférence internationale des femmes à Copenhague en aout 1910, à l’initiative de Clara Zeltkin (1), image historique du féminisme socialiste. 17 pays ont accepté l’idée.

Le 19 mars 1911, la première Journée internationale des femmes eut lieu et de grandes manifestations furent organisées en Europe (Allemagne, Suisse, Autriche, Danemark) et aux États-Unis.
Le combat des femmes s’orienta  dans différentes directions : droit de vote, droit d’occuper des postes dans la fonction publique, droit de travailler, droit à la formation professionnelle, élimination de la discrimination professionnelle.
L’incendie d’un atelier de travail de femmes aux États-Unis où plus de 140 femmes périrent,  contraignit le gouvernement américain à revoir les lois sur leurs conditions de travail.

8 mars décrété Journée internationale des Femmes

En 1917, la date du 8 mars fut décrétée Journée internationale des Femmes. En Russie, de nombreuses femmes manifestèrent contre la guerre et pour l’obtention de plus de denrées alimentaires.
En 1945, les Nations-Unies signèrent une charte à San Francisco, proclamant entre autres, l’égalité des sexes en tant que droit fondamental de la personne.
En 1975, L’O.N.U. déclara 1975 l’année internationale des Femmes, et depuis décembre 1977 proclama une journée des Nations Unies pour les droits des femmes. Elle incita de nombreux pays membres à en faire autant et généralement, ce fut le 8 mars qui fut retenu pour célébrer cette journée. En France, le Président François Mitterrand adopta cette date comme journée internationale des Droits de la Femme.

En 2020, le thème de la Journée internationale des femmes est Je suis la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes. Ce thème coïncide avec la nouvelle campagne pluri-générationnelle de l’O.N.U Génération Égalité qui marque le 25e anniversaire de la Déclaration et du programme d’action de Beijing (adopté en Chine) et qui constitue un programme le plus progressiste en matière d’autonomisation des femmes et des filles partout dans le monde.

Droits des femmes et discrimination envers les femmes

Plus que des revendications, le 8 mars est une véritable bataille pour que les femmes obtiennent l’égalité des mêmes droits que les hommes, ce qui est loin d’être le cas en Occident mais également en Orient.
Malgré les décision officielles pour défendre les droits des femmes (Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes, Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Convention du Conseil de l’Europe ou convention d’Istanbul sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique), la situation évolue lentement selon les pays. Les femmes restent encore sous-évaluées, subissent des formes de violence et leurs droits sont loin d’être respectés.

L’association Amnesty International s’est engagée pour soutenir la lutte des femmes pour leurs droits fondamentaux dans le monde entier : droit d’intégrité corporelle, droit d’autonomie, ne pas subir de violence sexuelle, droit de vote, d’être élue, d’entrer dans un contrat légal, d’être considérée comme l’égale du mari et du père au sein de la famille, droit de travailler, d’avoir accès au mêmes salaires que les hommes, d’accepter ou de refuser librement de donner naissance à des enfants, de posséder une propriété, d’accéder à l’éducation… Un combat qui est loin d’être terminé.

(1) Enseignante, journaliste, femme politique marxiste allemande (1857-1933). Ella créé la revue pour femmes Die Gleichheit (L’Égalité)
par Marie-Agnès LAMBERT
Sur Internet
Activités de Nouvelle Acropole France  sur la journée internationale de la femme 2020
https://www.nouvelle-acropole.fr/evenements/249-journee-internationale-de-la-femme-2020
Sur la journée internationale de la femme
https://www.un.org/fr/observances/womens-day
https://www.unwomen.org/fr/news/stories/2019/12/announcer-international-womens-day-2020-theme
https://www.journee-mondiale.com/192/journee-internationale-des-femmes.htm
https://www.education.gouv.fr/cid67127/journee-internationale-des-droits-des-femmes.html
https://www.amensty.fr/focus/droit-des-femmes

Droits des femmes en France

1791 : Olympe de Gouges rédige la « Déclaration des droits de la femme et de
la citoyenne »
1804 : Le code civil napoléonien prévoit que : « le mari doit protection à la femme, la femme doit obéissance à son mari »
1850 : Loi Falloux : création obligatoire d’écoles de filles dans les communes de 800 habitants
1876 : Hubertine Auclert fonde la société Le droit des femmes qui soutient le droit de vote pour les femmes
1881 : Enseignement primaire obligatoire pour les filles comme pour les garçons
1886 : Rétablissement du droit au divorce
1903 : Marie Curie reçoit le prix Nobel de physique
1907 : Les femmes mariées peuvent percevoir leur salaire
1924 : Uniformisation des programmes scolaires masculins et féminins et création d’un baccalauréat unique
1938 : Suppressions de l’incapacité juridique de la femme mariée
1944 : Droit de vote et d’éligibilité pour les femmes
1965 :  Les femmes mariées peuvent exercer une profession sans l’autorisation de leur mari
1967 : Loi Neuwirth autorise la contraception
1970 : L’autorité parentale remplace la puissance paternelle
1972 : – Reconnaissance du principe « à travail égal, salaire égal ».
– L’école polytechnique devient mixte : 8 femmes sont reçues
1974 : Françoise Giroud première Secrétaire d’État à la Condition féminine
1975 : – Loi Veil pour l’Interruption volontaire de Grossesse – IVG
– Réintroduction dans la loi du divorce par consentement mutuel
1976 : La mixité devient obligatoire pour tous les établissements scolaires publics
1980 : Marguerite Yourcenar est la première femme élue à l’Académie française
1981 : Yvette Roudy est ministre déléguée des Droits de la Femme
1983 : La Loi Roudy pose le principe de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes
1984 : Le congé parental est ouvert à chacun des parents
1991 : Édith cresson première femme 1ère ministre
1993 : – La loi du 8 janvier affirme le principe de l’exercice conjoint de l’autorité parentale à l’égard de tous les enfants, quelle que soit la situation des parents (mariés, concubins, divorcés, séparés).
2000 :   – Mise en œuvre d’une politique globale d’égalité des chances dans le système éducatif
– Promulgation de la première loi sur la parité politique
2002 :  – Reconnaissance de l’autorité parentale conjointe + garde alternée + coparentalité
– L’enfant peut porter le nom de ses deux parents
2004 : La loi du 26 mai relative au divorce introduit la procédure d’éviction du conjoint violent
2005 : La loi du 12 décembre relative au traitement de la récidive des infractions pénales donne la possibilité au juge pénal d’ordonner à l’auteur de violences de résider hors du domicile ou de la résidence du couple
2006 : – Loi du 4 avril renforçant la prévention et la répression des violences au sein du couple ou commises contre les mineurs ajoute le partenaire « pacsé » et les « ex » au titre des circonstances aggravantes
– Introduction de la notion de respect dans les obligations du mariage
– Alignement de l’âge légal du mariage pour les garçons et les filles à 18 ans
– Loi relative à l’égalité salariale entre les femmes et les hommes
2008 : Inscription dans la Constitution de « l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales »
2010 : Vote de la loi relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples. Création de l’ordonnance de protection des victimes et du délit de harcèlement moral au sein du couple
2012 : Vote de la Loi du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel
2014 : Vote de la Loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
2016 : Vote de la Loi du 6 avril 2016 visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et accompagner les personnes prostituées