Le 8 mai, l’union entre le Ciel et la Terre et entre les maîtres et les disciples

Le 8 mai est une date importante d’un point de vue historique ou spirituel. Il permet de se réunir autour d’une conjonction particulière entre le Ciel et la Terre mais également autour des Maîtres qui depuis des millénaires répandent leurs enseignements aux humains. Un moment d’union et de convergence propice au renouveau de la spiritualité ?

D’un point de vue historique, le 8 mai est la célébration de la libération d’Orléans le 8 mai 1429 par l’armée française sous le commandement de Jeanne d’Arc contre les Anglais. On la célèbre notamment dans la ville d’Orléans. Plus proche de nous, c’est le 8 mai 1945 que les Alliés ont vaincu l’Allemagne nazie, mettant fin à la Seconde Guerre mondiale.

C’est également le 8 mai 1891 que Helena Petrovna Blavatsky, fondatrice de la Théosophie s’est éteinte. Avant de rejoindre le monde invisible, elle a écrit ces derniers mots : « Gardez l’union », afin que tous les hommes s’unissent autour de la même appartenance à l’Humanité, à la fraternité, à la solidarité, au respect des différences, à l’ouverture du cœur et à la pratique de la spiritualité. Elle a su relier la sagesse atemporelle d’Orient et d’Occident, qu’elle a fait connaître au monde à travers ses œuvres majeures la Doctrine Secrète et Isis Dévoilée.

La conjonction du Ciel et de la Terre

D’un point de vue spirituel, de nombreuses traditions honorent le 8 mai la chaîne de maîtres qui ont fait le pari d’aider l’humanité à suivre son chemin d’évolution. Cette fête est appelée Fête du Lotus blanc ou encore fête de Wesak.
Pourquoi en mai ? Le mois de mai célèbre le plein épanouissement de la nature. Selon les traditions, pendant la pleine Lune de mai, des phénomènes énergétiques se produisent par lesquels s’ouvre dans certaines couches de l’atmosphère terrestre, comme une porte qui permet de rentrer en contact avec les sphères plus subtiles. Le visible et l’invisible s’unissent dans une conjonction et une résonnance spirituelles. Mai est également le mois de la Vierge Cosmique où la Terre est plus réceptive aux influences bénéfiques du ciel, sous le signe du Taureau en astrologie.

En Inde, la fête du 8 mai est l’occasion de nombreux pèlerinages et des processions de 8 à 15 millions de personnes.
Au Tibet et dans certains pays bouddhistes, le 8 mai est la fête du Wesak, qui célèbre la date de naissance du Bouddha, l’atteinte de son illumination et sa renonciation à entrer au Nirvana (Libération de la roue des Incarnations) tant qu’un seul être humain connaîtra encore la souffrance. On dit que tous les méditants des montagnes participent à cette cérémonie et à cette connexion entre la nature et les hommes.

Selon les enseignements traditionnels d’Orient, le 8 mai, le Sanat Kumara, l’un des quatre fils de Brahma, grand Rishi (sage initié), considéré comme le « Régent » de la Terre et de l’Humanité et chef d’une hiérarchie spirituelle (la chaîne d’Or de Platon), demande aux grands maîtres, si l’humanité s’étant libérée de tous ses maux, ses souffrances, et ayant acquis une grande sagesse, est prête et à entrer au Nirvana. Les maîtres répondent qu’elle n’est pas encore prête et alors le Sanat Kumara donne une année de plus pour y arriver. Cela fait bien longtemps que cela se reproduit chaque année.

« La fête du Lotus blanc »

Le 8 mai est également appelé Fête du Lotus blanc.
La graine du lotus est une réplique en petite taille de la future fleur épanouie. Elle porte donc le potentiel de ce qu’elle deviendra une fois fleurie. Le lotus prend racine dans la terre sous l’eau, et pousse dans l’eau. Ses feuilles s’épanouissent dans l’air et la fleur du lotus va être attirée par la lumière du soleil, s’épanouir et suivre son mouvement. On peut donc en déduire que le Lotus est en rapport avec les quatre éléments, tout comme le parcours discipulaire qui passe à travers les quatre éléments de l’existence : terre, eau, air et feu.
Le lotus apparaît comme une synthèse de l’univers de la création et de son épanouissement. Il est blanc parce qu’il représente la pureté, la lumière et la transparence.

La fête de la transmission

Le 8 mai est la fête de la transmission, c’est-à-dire de la réactualisation des connaissances transmises et adaptées aux époques, à la réalité du moment et aux générations qui suivent.
C’est enfin la fête des maîtres et des disciples, d’une chaîne où chacun est un maillon, un disciple pour un maître plus avancé, et un petit maître pour le disciple le moins avancé. On y célèbre les maîtres visibles mais également toute la chaîne de maître invisibles, la chaine d’Or de Platon qui veille sur l’humanité depuis ses débuts et qui transmet des enseignements à des initiés humains (avatars qui ont développé religions ou civilisations) ou à des êtres humains qui ont accompli un parcours discipulaire et spirituel.
Les enseignements transmis sont ceux qui permettent à l’être humain de se relier au divin, à sa propre intériorité, aux autres et à la Nature.

Il est donc important de comprendre que chaque humain est responsable de sa propre évolution mais aussi de celle de l’humanité. Aujourd’hui, il est vital de se relier au côté moral et spirituel pour traverser avec plus de sérénité le monde en crise. Se relier les uns aux autres, garder l’Union et œuvrer pour la régénération spirituelle de soi-même et de l’Humanité.

par Marie-Agnès LAMBERT