Arts

« L’âme, une force dans sa vie ? »

Après avoir réalisé deux films documentaires sur la mort (1), Valérie Seguin a poursuivi son investigation sur cette partie éternelle de nous qui s’incarne dans cette vie et repart après notre mort. Elle nous invite à aller à la rencontre de notre âme qui peut être une force et une ressource dans la vie de chacun. 

Dans son dernier film, L’âme, une force dans sa vie ?, Valérie Seguin donne la parole à plus d’une trentaine de personnes, philosophes, thérapeutes, écrivains, notamment Frédéric Lenoir, Laurent Gounelle, Sophie Peters, Catherine Henri-Plessier, Jonathan Lehmann, Thierry Janssen… dont les voix se font l’écho dans leurs partages d’expériences et leurs conseils. 

Comme le dit Laurent Gounelle « Au fond de nous il y a quelque chose de très beau et de très pur mais on n’a pas appris à le voir ». En effet, même si aujourd’hui nous accordons beaucoup d’important à notre dimension extérieure, les hommes ont de tout temps tenté de rencontrer cette part mystérieuse en eux, car nous sentons que nous sommes davantage qu’un corps physique et en même temps plus que ce que nous pensons. 
Au-delà du délicat exercice de mettre des mots sur cette composante en nous, les intervenants ont surtout partagé la force de la connexion à son âme pour se sentir en paix et pleinement soi. 
Pour établir cette connexion, ils nous conseillent d’être dans l’instant présent en ne nous accrochant pas à nos pensées. Cela passe par le fait de respirer avec le ventre pour s’enraciner, faire descendre les peurs, doutes et donc se centrer. En plus de la méditation et du silence, certaines pratiques corporelles peuvent nous aider telles que la danse ou certains types d’arts martiaux. 

Catherine Henry-Plessier, accompagnatrice et coach en développement personnel et de la conscience, explique que « si je donne mon pouvoir à ma souffrance, à ma déprime, à ma tristesse, à mes doutes, à mes peurs, à mon ressentiment je mets mon âme en prison ». Au contraire, pour permettre à son âme de s’exprimer, il faut de l’acceptation et de l’ouverture du cœur et, car comme le dit Frédéric Lenoir « le cœur c’est ce qui fait qu’on se sent relié ». Cela nous permet d’avoir un autre rapport à nous-mêmes, aux autres et aussi aux épreuves de la vie. Cette posture procure une paix intérieure qui permet d’aborder la vie autrement.

Ce film, au travers de ses témoignages lumineux est une invitation à aller plus loin dans ses investigations et surtout être à l’écoute de son âme pour qu’elle puisse s’exprimer. 

Film documentaire
Réalisé par Valérie Seguin
2021 – Durée 70mn – Studio Valérie Seguin
(1) Valérie Seguin est l’auteur de deux autres films : 
Et si la mort n’existait pas ?
2018 – Durée 50 mn
Narration : François-Eric Gendron 
Présentation : Aurélie Godefroy
Lire l’article paru dans le Hors-série N° 9
« Et si la mort n’existait pas » de Marie-Agnès Lambert et Louisette Badie, paru dans le Hors-série N° 9 Neurosciences et sciences traditionnelles, une rencontre fructueuse, 2019, page 21
Et si la mort n’était qu’un passage ?
2019 – Durée 72 mn
Narration : Véronique Jannot 
https://www.valerieseguin.com
https://www.valerieseguin.com/index.php/films
Valérie Seguin est l’auteur de 
Les trois jours et demi après la mort de mon père
Éditions Les Arènes, 2015 et Éditions Leduc, 2019
Émission INREES TV: https://tv.inrees.com/video/extra-lab-8-energies
par Lorraine ADAM
Formatrice de Nouvelle Acropole Paris V
La revue Acropolis est le journal d’information de Nouvelle Acropole
© Nouvelle Acropole

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page