La fête du printemps

Situées au moment de l’équinoxe, c’est-à-dire lorsque la durée du jour est exactement la même que la durée de la nuit, les fêtes de cette période de l’année introduisent le temps de la lumière victorieuse qui va crescendo jusqu’au solstice d’été, au moment du jour le plus long de l’année.

Le renouveau est source d’un nouvel élan de vie, de confiance et d’enthousiasme.

Le renouveau est source d’un nouvel élan de vie, de confiance et d’enthousiasme.

C’est le moment où les germes sortent de terre, où éclatent les bourgeons, où les oiseaux font leur nid, où naissent beaucoup de petits animaux.  Le renouveau est source d’un nouvel élan de vie, de confiance et d’enthousiasme.

La symbolique du printemps

Les fêtes du printemps trouvent leurs origines dans les traditions archaïques de toutes les civilisations, agricoles et pastorales, qui fêtaient le renouveau et la renaissance de la Nature.
Les fêtes de la Pâque juive et des Pâques chrétiennes (dérivées de la Pâque juive) en sont la continuité. La Pâque juive célèbre ainsi le passage de l’esclavage du peuple d’Israël, sorti d’Égypte, à sa liberté.  Le jour de Pâques, chez les chrétiens, a lieu le premier dimanche après la pleine lune qui suit le 21 Mars, équinoxe du printemps. Il célèbre la résurrection du Christ. Il introduit toute la période, jusqu’à la Pentecôte, qui révèle chez l’homme, à travers Jésus-Christ, son côté spirituel, vainqueur, enfoui jusqu’alors dans les ténèbres de la matérialité.

En Chine, le « Nouvel An » correspond au début du printemps et est la plus grande fête de l’année.

Durant les années pendant lesquelles eut cours en France le calendrier républicain (de 1793 à 1805), les trois mois du printemps portaient les jolis noms de Germinal (avril), Floréal (mai) et Prairial (juin).

Traditions autour de Pâques et du printemps

Comme pour l’automne, les références symboliques sont végétales, pastorales et agricoles.

• Les œufs représentent le symbole central de cette période de renaissance.
La tradition d’offrir des œufs remonte à l’Antiquité. Déjà, les Égyptiens et les Romains, en l’honneur de Flore, déesse des fleurs, offraient des œufs peints au printemps car ils étaient le symbole de la vie et de la renaissance.
Chez les chrétiens, l’Église ayant instauré au IVesiècle l’interdiction de manger des œufs pendant le Carême et les poules continuant à pondre, des quantités d’œufs se trouvèrent sans usage. On se mit à les décorer et à les échanger, en signe d’amitié.
En Europe de l’Est, la tradition campagnarde des échanges d’œufs est restée très vivante.

• Les cloches: une tradition française veut que les cloches sonnent chaque jour de l’année sauf au moment de Pâques où elles sont silencieuses du jeudi au samedi saints, veille de Pâques, entre la crucifixion et la résurrection de Jésus. Elles en profitent pour aller à Rome se faire bénir et ce sont elles qui, sur la route du retour, laissent tomber dans les jardins les œufs de toutes sortes qu’elles rapportent pour les enfants.

Un des souvenirs marquants de mon enfance est celui des matins de Pâques où, mes trois frères et moi, avec les quatre cousins chez qui nous passions le week-end, écoutions sonner les cloches et attendions devant la porte, confinés dans la maison et trépignants d’impatience, le signal des parents nous signifiant que la chasse aux œufs était ouverte. Qui muni d’un panier, qui d’une casserole, qui d’un récipient improvisé déniché dieu sait où, nous nous égaillions comme une volée de moineaux dans le jardin, ceint d’un mur de pierres sèches, qui dominait la Loire, à la recherche des œufs dont nous avions nous-mêmes peints certains la veille. Notre quête terminée, nous étalions notre butin sous le cerisier où nous reviendrions grimper deux bons mois plus tard pour cueillir les bigarreaux. Chacun prélevait son œuf préféré parmi ceux qu’il avait trouvés. Le reste était redistribué équitablement, après moult tractations.

 • Les jeunes animaux sont aussi, traditionnellement, associés au printemps.
Les poules et leurs poussins sont évidemment associés aux œufs.
Dans les pays de l’Est, lièvres et les lapins, qui ont de nombreux petits, annoncent Pâques, le printemps et son abondance. Et ce sont eux qui distribuent les œufs. Dans ces pays, on fait aussi des parures de Pâques, arbres et bouquets, sur lesquelles on accroche de jeunes animaux et des œufs peints.
Dans la tradition chrétienne, on parle de l’Agneau de Dieu qui est Jésus.

• Les animaux qui perdent leurs bois, caribous, élans, rennes, cerfs, sont également associés au renouveau dans les anciens peuples des pays nordiques, germaniques ou celtes. Chaque année, les bois anciens tombent et les nouveaux bois se développent avec une branche supplémentaire.

Les fêtes du printemps trouvent leurs origines dans les traditions archaïques de toutes les civilisations, agricoles et pastorales, qui fêtaient le renouveau et la renaissance de la Nature.

Les fêtes du printemps trouvent leurs origines dans les traditions archaïques de toutes les civilisations, agricoles et pastorales, qui fêtaient le renouveau et la renaissance de la Nature.

Suggestions pour une fête autour de Pâques avec des enfants

Dans un silence recueilli, assister à un lever de soleil, même avant le petit déjeuner… puis « réveiller » la nature en musique et avec des percussions. Si l’endroit s’y prête, on peut faire éclater des pétards comme en Chine…
Assister au « retour des cloches » à l’occasion d’une messe de Pâques.

Tous les thèmes cités ci-dessus peuvent être exploités : œufs décorés de couleurs fraîches, jeunes animaux, cloches en chocolat, joliment présentés, fleurs de printemps en couronne.
Les livres de bricolage pour enfants regorgent d’idées de décoration.
On peut organiser un grand nettoyage commun et une remise à neuf d’un lieu ou d’un objet.
On peut aussi organiser des sorties à thème dans la nature avec commentaires autour de la naissance et du renouveau. On peut solliciter une personne compétente sur un sujet concernant l’environnement pour illustrer ces événements.
On peut visiter un haras, la naissance des poulains ayant lieu entre février et mai.
Pour les petits citadins, il est possible aussi de tout simplement visiter une ferme où l’on peut observer des poules, des œufs… et des poussins.

Une variante slave

Outre la peinture d’œufs de Pâques, où chaque enfant a décoré trois œufs pour fêter la vie renaissante, une amie, Violetta, a fait vivre à un groupe d’enfants une coutume de son pays, la Pologne.
À la fin de chaque hiver, des cortèges joyeux d’enfants accompagnaient la reine de l’hiver appelée Marzanna, représentée par une poupée, et la mettaient à l’eau afin de signifier la fin de l’hiver et le commencement du printemps. La symbolique était liée aux rites de purification à la sortie de l’hiver.
Nous avons conservé cette idée en ajoutant l’idée du bateau qui doit porter la poupée vers sa destinée. Chaque enfant est invité à réfléchir à l’avance à ce qu’il voudrait confier de triste, de douloureux à la poupée afin qu’elle l’emporte au pays du froid éternel.
Les enfants confectionnent des poupées d’hiver, à partir de morceaux de tissu. Nous les décorons avec des éléments de la table de l’hiver (1), de manière à restituer à la nature ce qu’elle nous a donné pendant la saison froide. Ils fabriquent également chacun une barque qui emportera sa poupée d’hiver.
Après le déjeuner, nous allons au bord de la rivière. Après une brève présentation ludique de la symbolique du printemps, nous chantons un chant d’adieu à l’hiver en le faisant partir par une porte imaginaire dans la direction que vont prendre les bateaux. Chacun met sa poupée dans sa petite barque et lui souffle à l’oreille son secret… qui s’en va avec elle, au fil de l’eau.
Puis nous gagnons la forêt où nous saluons le printemps avec deux chants joyeux et les enfants ramassent des éléments pour la table du printemps. Ils veulent alors revoir les poupées dont ils suivent le parcours pendant un bon moment.

(1)  Voir notre article, Restaurer la transcendance : à l’école de la Nature, revue Acropolis Hors-Série n°6 (août 2016)
par M.F. TOURET