Éducation

Jeunesse et fêtes de saisons  

Célébrer les fêtes de saisons, printemps, été automne, hiver, est une tradition universelle qui rythme le passage du temps, qu’apprécient particulièrement les enfants lorsqu’on les leur fait vivre et qui leur permet d’intégrer progressivement la loi cyclique partout à l’œuvre dans la Nature tout comme dans leur propre vie.

« La succession des saisons, comme celle des phases de la lune, scande le rythme de la vie, les étapes d’un cycle de développement : naissance, formation, maturité, déclin ; cycle concernant également les êtres humains aussi bien que leurs sociétés et civilisations. Cette succession illustre également le mythe de l’éternel retour. Elle symbolise l’alternance cyclique et les perpétuels recommencements. » (1)

Solstices

Le solstice d’été (24 juin), porte estivale, marque l’apogée de la course solaire ; le soleil est au zénith, au plus haut point du ciel. Ce jour a été choisi pour célébrer la fête du soleil.  C’est aussi le moment du jour le plus long mais où il va commencer à décroître : le solstice d’été ouvre la phase descendante du cycle annuel.
Traditionnellement, chez les Gréco-Romains, les solstices étaient représentés par les deux faces de Janus, dieu des portes et, chez les chrétiens, par la Saint-Jean d’hiver (saint Jean l’évangéliste) et la Saint-Jean d’été (saint Jean-Baptiste).

Le solstice d’hiver, porte hivernale, autour du 21 décembre, ouvre la phase ascendante du cycle annuel, le moment où le soleil est le plus bas et où l’on peut craindre qu’il ne revienne plus mais aussi celui où le jour va bientôt recommencer à croître. C’est le moment de la nuit la plus longue.

Les fêtes et célébrations des solstices, celles de l’été et celles de l’hiver, sont liées à l’élément Feu et au soleil (lumière et chaleur).

Équinoxes

L’équinoxe de printemps (21 mars) et l’équinoxe d’automne (23 septembre) sont les deux moments de l’année où le jour a une durée égale à celle de la nuit.  Ce sont aussi les moments de l’année où les marées sont les plus hautes.

Les fêtes et célébrations des équinoxes et des saisons correspondantes sont liées à l’enfouissement des graines dans la terre à l’automne et à la sortie de terre ou venue au jour des plantes au printemps (pousses et fleurs) ; à l’intériorisation et à l’extériorisation. Elles sont liées à l’élément Terre et au symbolisme végétal.

La Table des saisons

Nous avons emprunté l’idée féconde de la Table des saisons à l’Anthroposophie. Son objectif est de faire vivre le temps cyclique, le rythme des saisons, de développer le lien avec la nature et  d’observer ses changements.
Chaque famille installe une petite table à hauteur des enfants, dans un coin choisi et bien accessible, que l’on recouvre d’un tissu de couleur différente à chaque changement de saison : vert au printemps, jaune l’été, rouge l’automne, bleu l’hiver. Au cours de la saison, les enfants y déposent tout ce qu’ils trouvent dans la nature en rapport avec la saison. Ils peuvent aussi y déposer à leur gré dessins et autres objets de leur fabrication.

Au moment de Noël, c’est près de la Table qu’on peut expliquer Noël, etc. Elle peut devenir un lieu privilégié d’échanges et de réponses aux questions des enfants. Tout cela en fonction des besoins et de la créativité des parents et enfants.
Pour ceux qui le veulent, la Table des saisons peut devenir un lieu de « prière » ou de contact avec la dimension invisible et l’occasion de développer chez l’enfant les sentiments supérieurs (sentiment du beau, du bon, du juste, du vrai). Ce peut être l’endroit où chaque soir, chacun dit ce qu’il a vu ou vécu de beau, de bon, etc., dans la journée, et pour quoi il veut dire merci.

Dans une famille ou un groupe où il y a à la fois de jeunes enfants et des adolescents, ces derniers peuvent aider à préparer les fêtes de saison pour les plus jeunes. Il est préférable de faire ces dernières dans la nature chaque fois que possible et de les préparer à l’avance à travers diverses activités qu’on rattache à la Table des saisons.

Il existe un joli conte tchécoslovaque sur les saisons qu’on peut utiliser pour les comparer entre elles, quand les enfants sont assez grands pour garder en tête les 4 saisons et avoir de chacune des souvenirs qu’il peut formuler (2).

(1) Dictionnaire des symboles, Jean Chevalier, Robert Laffont, article Saisons
(2) Les saisons et les mois, dans Histoires merveilleuses des cinq continents, Philippe Soupault
par Marie-Françoise TOURET

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page