Incertitude et fortitude

Face à l’incertitude, nous pouvons être affectés et attendre des jours meilleurs. Mais nous pouvons également développer la fortitude ou force d’âme qui nous permet de développer de plus grandes certitudes.

À coup sûr, nous vivons des temps difficiles. Nous ne voulons pas faire le décompte de toutes les situations conflictuelles qui pèsent sur nous tous, à un degré plus ou moins important. Pénétrés comme nous le sommes par la diffusion des informations, il n’est pas simple d’échapper à des centaines d’opinions qui ne coïncident pas toujours mais qui conduisent à la même conclusion : nous ne sommes pas sûrs de ce qui va se passer demain.

Oui, ce sont des temps difficiles mais pas impossibles à vivre.
Oui, l’incertitude est là mais nous avons aussi des certitudes.

Ce qui est mauvais est de se laisser happer par l’insécurité de l’incertitude. Nous devons apprendre à analyser les racines de l’incertitude, ce en quoi elle nous affecte et jusqu’à quel point cela vaut la peine de mettre en péril notre véritable être intérieur sur l’autel de l’indécision, en attendant des temps meilleurs dont nous ne savons pas s’ils arriveront ni ce qu’ils seront.

Il est certain que nous subissons depuis des mois une pandémie qui nous affecte, ou bien directement ou bien à travers la peur d’attraper la maladie. Il est certain que les morts de tant de personnes et d’êtres chers deviennent une blessure difficile à refermer. Il est certain que la situation économique ne se présente pas comme favorable et produit plutôt une forte angoisse face à l’avenir. Il est certain que, conjointement, explosent des guerres, petites et grandes, sources de souffrances tant par l’irrationalité des motifs qui les provoquent et, plus encore, par les victimes qu’elles coûtent. Ce panorama peut nous conduire à douter de tout.
Mais il est également certain que pour tous ceux qui ont ressenti une grande attraction pour la Philosophie et ses réflexions, nous avons tous découvert que la vie est beaucoup plus riche que les expressions qui se réfèrent aux affections et carences physiques.

Il est certain que nous avons expérimenté que l’imagination et la créativité surgissent de façon inespérée, offrant des solutions à ce qui au départ nous paraissait impossible. Nous acquérons soudain des aptitudes dont nous n’avions même pas rêvé. Aider les autres nous réconforte plus que tourner en rond autour de nos propres douleurs. Chaque minute de la journée acquiert une plus grande importance, nous apprécions davantage les petites choses que nous avons et qu’avant nous ne voyions même pas.

Il est certain que nous apprenons des choses sur la vie et la mort qui se chargent de plus de valeur que les simples mots. Nous avons des idées plus fermes sur les valeurs morales et nous expérimentons une fortitude intérieure qui n’apparaissait pas auparavant. Ces enseignements ont modifié nos paroles, nos sentiments, nos actions. Nous affirmons davantage nos idées sur les aspects essentiels de l’existence.

Qui parmi nous peut affirmer qu’il ne sera jamais malade, que jamais la mort ne l’atteindra ? Qui peut affirmer que la douleur n’apparaîtra pas dans sa vie ? Qui peut certifier que ses possessions matérielles sont indestructibles ?
Mais, par contre, nous pouvons affirmer que nous avons découvert la fraternité face à la douleur, que nous pouvons pallier la misère en créant de nouvelles sources de survie qui n’ont pas nécessairement à être celles que nous concevons maintenant comme confort et commodité. Le passé avec ses expériences est un trésor inestimable ; le futur peut se construire jour après jour. Faisons disparaître l’incertitude avec nos certitudes et tout changera positivement.

par Délia STEINBERG GUZMAN
Traduit de l’espagnol par M.F. TOURET
N.D.L.R. : Le chapeau a été rajouté par la rédaction