ArtsLittérature

Ils viennent d’Amérique pour bâtir l’Île de Pâques

par Joseph DAVIDOVITS
Éditions Dervy, 2021, 258 pages, 22 € 

L’auteur, archéologue et inventeur de la chimie des polymères apporte la preuve que les murs et statues qui se trouvent sur l’île de Pâques rappellent curieusement les constructions d’Amérique du Sud notamment en Bolivie sur les sites de Tiahuanaco et Pumapunku avec la technologie des pierres géopolymères (grès rouge, andésite grise).

Pour l’auteur, la connaissance serait arrivée par l’Est. Sur l’île de Pâques, près de 800 statues colossales (pesant entre 5 et 20 tonnes, jusqu’à 10 mètres de hauteur) auraient été fabriquées sur place à l’aide de technologies géopolymères en milieu acide (extraits de biomasse). Cette connaissance a été apportée non pas par les Polynésiens, mais par les Amérindiens, les Américains du Sud venant des Andes, de l’Altiplano, de la région de Cuzco, de Tiahuanaco (Pumapunku/Tiwanaku) situé dans l’actuelle Bolivie. L’auteur a su relier l’impossible (en démontrant la forte relation existant entre les Andes de l’Amérique du Sud et l’île de Pâques) et le défendu (en établissant que les premiers occupants de l’île furent des Américains, bien avant les Polynésiens).

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page