Geneviève de Paris, Dame de Paris, Dame de France

Geneviève (vers 420 – 502), dont on célèbre en 2020 le 1600e anniversaire de sa naissance,  réunit plusieurs facettes d’une féminité accomplie. Elle est comme une étoile parmi les êtres humains dans un monde désorienté qu’est le Ve siècle après J.-C. Elle a conduit des actions très concrètes éclairées d’une grande vie intérieure. Elle a réuni les vertus de Mars et de Vénus pour jouer un rôle puissant toujours vivant aujourd’hui à Paris.

Le Ve siècle est une période d’effondrement de la civilisation gallo-romaine à l’image de ce que nous vivons aujourd’hui. Cette période est marquée par un affaiblissement moral après plusieurs invasions dont celles des Huns, guerriers sanguinaires qui massacrent la population et détruisent les infrastructures qui ont fait l’apogée d’une douce et paisible civilisation. Beaucoup de villes ont été détruites. Un noyau d’individus maintient un équilibre fragile au nord de la Loire. Ils sont d’origines diverses, leur unité est inspirée par les valeurs de la paix qui ont inspiré les Gallo-Romains. L’époque est incertaine, avec un risque d’effondrement de cette société, structurée uniquement par le religieux (la religion catholique romaine – concile de Nicée). L’aristocratie gallo-romaine au pouvoir ne sait plus trouver la stratégie politique permettant un renouveau. Dans ce contexte, Lutèce est une toute petite cité réunissant des naufragés qui ont échappé au drame. La densité de la ville s’est accrue considérablement avec tous les Anciens apeurés qui gardent en mémoire les atrocités de l’invasion.

Geneviève, Dame magicienne

Née à Nanterre vers 420 selon les chroniques, elle est d’origine germanique et probablement franque. Son père, officier a réalisé des victoires notables face aux invasions. Elle a reçu une éducation gallo-romaine très raffinée avec un attachement aux valeurs de la Rome antique (La Pax romana).
À 7 ans, elle prend  conscience de sa vocation mystique grâce à la rencontre avec Germain d’Auxerre qui reconnaît en Geneviève, une grande maturité d’esprit et une grâce naturelle. Elle se dévoue déjà aux pauvres et rentre en méditation naturellement. Elle promet à Germain  de se consacrer à une vie mystique. À 15 ans, elle prend le voile et fait le choix d’être dans le monde et de servir le peuple. À 20 ans, elle se consacre à la cité Lutèce, à l’image de la vestale romaine, gardienne du Feu sacré de la cité : symbole de la lumière protectrice du futur Paris, cœur de la France.

Geneviève, une  vie contemplative

Geneviève pratique la pietas romaine (1) comme un état de disposition intérieure à la volonté divine, l’obéissance aux principes supérieurs. Elle a foi en un principe d’union et d’amour. Elle incarne la douceur et la bienveillance. Suite à une guérison miraculeuse, elle laisse donc dans la mémoire collective l’expérience d’une héroïne qui renaît de ses cendres. Les témoins racontent qu’elle est entourée de douze compagnes spirituelles (ou vertus) : la foi, l’abstinence, la patience, la magnanimité, la simplicité, l’innocence, la concorde, la charité, l’obéissance, la chasteté, la vérité, la prudence. Elle réunit autour d’elle un cercle de femmes qui méditent avec elle.

Geneviève, une vie active et politique

Elle donne la force morale. Sa confiance est inébranlable. Sa devise est « Riche pour les pauvres, pauvre pour elle ». Elle donne l’exemple du dévouement auprès des plus humbles, des plus pauvres. Elle distribue des pièces d’or pour soutenir les artisans, les maçons, les tailleurs de pierre…, dans une époque économique difficile. Ayant hérité de terres, elle procure un travail digne aux paysans, ses amis. Elle nourrit Lutèce. Elle est membre du conseil municipal de la cité et connaît les officiers qui conduisent les batailles. Grâce à ses nombreuses connaissances, elle apporte un éclairage politique et véhicule avec elle  sang-froid, patience, diplomatie et modération. Elle reconnaît que l’empire d’Occident risque de disparaître. Esprit réaliste et pragmatique, elle pressent que les Francs auront bientôt un destin national. Elle retrouve chez eux son caractère inébranlable et téméraire. Elle entretient des liens amicaux avec Mérovée, roi des Francs. Son fils, Childéric, la vénère parce qu’elle protège Lutèce et qu’elle donne des conseils avisés. Geneviève est une femme directe et décidée qui, avec ses yeux bleus, ses cheveux blonds et son teint pâle, ressemble à bien des femmes de sa tribu.
Geneviève possède un don de guérison. Elle  accomplit des miracles  sans vanité auprès des épileptiques, des dépressifs, … Sa réputation franchit les frontières.

Des expériences marquantes, des légendes dans le cœur des Parisiens

La vie de Geneviève a été marquée, entre autres, par trois grandes victoires : la victoire sur les Huns ; le siège de Lutèce par Clovis ; la construction de la Basilique Saint -Denis.

Dotée d’une grande stratégie politique, Geneviève a permis ainsi de sauvegarder Lutèce comme cité. Face aux Huns et Attila,  la peur panique des Lutéciens crée un risque d’effondrement de la cité. Tous veulent s’enfuir. L’état d’esprit est celui de la démission. Geneviève s’oppose à l’évacuation de la ville malgré de vives critiques. Elle sait que les Huns se dirigent vers Orléans et donc que Lutèce ne risque rien. Geneviève et les femmes s’enferment dans un baptistère pour prier et méditer des journées entières. Elles redonnent espoir, foi et confiance aux hommes pour maintenir la cohésion de la cité. Comme Gandhi, Geneviève inspire par la méditation et la prière. Les Huns ont été vaincus à Orléans ! Lutèce est sauvée et Geneviève est portée en triomphe : elle est Dame de Paris.

476 marque la fin de l’Empire d’Occident. La Gaule tente de survivre. Geneviève incite les Francs à se convertir au christianisme par calcul politique : permettre l’unité autour de la foi catholique. Clovis convoite Lutèce. Son épouse, Clothilde est catholique et amie de Geneviève. Clovis conduit un siège contre Lutèce. Geneviève  organise une flottille pour aller chercher du blé et nourrir les Lutéciens affamés. Les portes de Lutèce resteront fermées à Clovis tant qu’il ne se convertira pas au catholicisme. Ce dernier se convertit au christianisme après la bataille de Tolbiac. Geneviève ouvre alors les portes de Paris pour accueillir Clovis et Clothilde.

Geneviève donne l’élan à la construction de la Basilique Saint-Denis.  Elle subventionne et dirige les travaux de cet édifice dédié à Denis, premier évêque de Lutèce. À la mort de Geneviève, Clovis l’inhumera dans un tombeau dans la Basilique. À noter que Clovis sera lui-même enterré à coté de Geneviève. La basilique Saint-Denis donnera une grandeur d’âme à la cité.

Aujourd’hui face au monde incertain dans lequel nous vivons, nous avons un grand besoin de retrouver l’esprit héroïque à l’instar d’hommes et de femmes de l’histoire comme Geneviève.

(1) Devoir ou dévotion aux dieux et à la famille et à la communauté et à l’État. Pour Cicéron c’est la vertu « qui nous exhorte à faire notre devoir envers notre pays ou nos parents ou d’autres relations de sang »
Source historique :
Chronique de la Vie de sainte Geneviève écrite 18 ans  après sa mort (env. 520 – 530) à la demande de sainte Clotilde
Bibliographie :
Sainte Geneviève, Joël Schmidt, Éditions Perrin, 2012, 198 pages
Geneviève de Paris, Max Gallo, Éditions XO, 2013, 151 pages
Sainte Geneviève, Janine Hourcade, Éditions Médiaspaul, 1998, 112 pages
par Marie-Annick LOYER