Derniers articles

  • Société

    La Fontaine, pour mieux comprendre les fables de notre temps

    À partir de juillet, les mesures de confinement s’estompent. Un bon nombre parmi nous partira en vacances pour s’aérer l’esprit. C’est un grand moment pour réussir un déconfinement intérieur. Pour ce faire, quoi de mieux que de revisiter les Fables de Jean de La Fontaine ? Le 8 juillet, on célèbrera le quatrième centenaire de sa naissance à Château-Thierry. Jean de La Fontaine n’est pas seulement un auteur pour les enfants. C’est un ami qui nous veut du bien et nous éclaire sur les contradictions humaines : « Un manque de confiance en soi, parfois un aveuglement sur ses talents réels et pourtant une profonde ambition… Une inquiétude religieuse, un questionnement métaphysique, à plusieurs reprises au cours de sa vie, et, cependant, une adhésion aux philosophies matérialistes proches de l’athéisme des libertins. » (1) Les contradictions ne l’effrayent pas. Par la poésie, il parvient à les harmoniser. Comme il le fait de manière joyeuse…

    Lire la suite »
  • Littérature

    À lire N°331

    L’homme qui peignait les âmes par Metin ARDITI Éditions grasset, 2021, 304 pages, 20 € À la fin du XIe siècle, jeune Avner découvre des icônes dans un monastère proche de Saint-Jean d’Acre. Une vraie passion se déclenche en lui. Cependant, il prend des libertés dans cet art, avec les couleurs (utilisant le bleu et non l’or) et avec les personnages (il peint des visages ordinaires, essayant de faire « surgir la part de divin en chacun plutôt que de représenter la part d’humain dans le Christ et ses saints »). Il doit quitter le monastère et commence une vie itinérante en compagnie d’un marchand musulman, Mansour, d’Acre à Nazareth, de Césarée à Jérusalem, puis à Bethlehem, jusqu’au monastère de Mar Saba, en plein désert de Judée, où il restera dix ans et deviendra l’un des plus grands iconographes de Palestine. Un roman idéal pour l’été.   Siècle bleu Au cœur…

    Lire la suite »
  • Arts

    Pratiquer la sagesse en musique

    L’été est une saison optimale pour découvrir ou redécouvrir les bienfaits de la musique. La musique de la nature, le chant des oiseaux déjà nous font voyager. La musique, le chant, ont un impact réel sur l’âme humaine, et peuvent être un formidable outil d’éveil et de régénération lorsque l’on sait s’en servir. Platon en faisait l’un des deux piliers de l’éducation, parce que par l’harmonie qui en est le caractère, « les mouvements désordonnés du corps – et de l’âme – s’ordonnent spontanément (1) ». La musique relève le pari de transformer les mouvements de notre âme pour les rendre harmonieux. Elle peut sublimer nos émotions, fluctuantes, en sentiments plus élevés. Elle est en cela une pratique de la sagesse. Faire de la musique une pratique Chaque musique a sa singularité et un impact différent sur l’âme. La première étape est de définir, à la manière du sculpteur, quel outil sera approprié…

    Lire la suite »
  • PhilosophieLe chemin de l'évolution. plus ou moins long... cela dépend de nous.

    La marche lente

    L’été est un moment propice pour sortir des villes, se ressourcer et faire quelques exercices physiques. Parmi eux, un exercice, le plus vieux du monde… la marche lente. Marcher lentement, très lentement … en prenant pleine conscience de son mouvement, à travers ses muscles, ses articulations, les sensations de la plante de ses pieds, retrouver le contact à la terre et l’équilibre perdu dans la précipitation de nos gestes au quotidien.L’énoncé de l’exercice en soi est simple, sa réalisation exigeante et ses biens-faits illimités ! Trouver un lieu calme, de l’herbe, le sable de la plage, ou un plancher, de préférence pieds nus pour mieux sentir nos pas. La sensation nous permettra de mieux nous concentrer. Marcher lentement, c’est décomposer nos pas en étapes conscientes, mais en gardant la fluidité du mouvement. Le mouvement doit être Un, une unité, un ensemble alors que nous observerons sans doute la tentation de saccader…

    Lire la suite »
  • Histoire

    Mélusine

    Aujourd’hui, les habitants de Lusignan dans la Vienne, en région Nouvelle-Aquitaine sont appelés les Mélusins et les Mélusines. Un nom qui n’est pas sans rappeler la fée Mélusine. Le roman médiéval de Jean d’Arras, Mélusine ou la noble histoire des Lusignan, écrit au XIVe siècle, reprend le thème du mariage entre une fée et un être humain et le personnage de Mélusine, très ancien et répandu, pour en faire l’origine de la famille noble des Lusignan. Le menton sur la poitrine, Raymondin n’entendait ni ne voyait rien. Depuis des heures, il chevauchait au hasard dans la grande forêt. Les pas de sa monture le menèrent à l’entrée d’une grande prairie, sous l’escarpement rocheux où jaillit le Fontaine de la Soif, là où tant d’aventures ont commencé. Trois dames étaient là. Deux fois, la plus noble d’entre elles lui adressa la parole. La troisième fois, elle le tira par la main…

    Lire la suite »
  • Spiritualité

    La sagesse des animaux

    Le bouddha a rapporté des « histoires de naissance » qui en disent long sur la loi du « Karma ». Le Bouddha expliqua à ses disciples qu’il s’était déjà incarné de nombreuses fois, au temps jadis, sous des formes végétales, animales puis humaines. Chacune de ces incarnations lui avait permis de pratiquer le détachement et le don de soi afin de se préparer à devenir un Maître au service de la libération de l’humanité et de la création entière des chaînes de l’ignorance. Ces récits, nommés Jataka, « histoires de naissance », font partie du Sutra pitaka (1) et rapportent des histoires bouddhistes et plus anciennes où l’on apprend des leçons simples sur l’inéluctable loi du karma (2) ou loi de rétribution. Le roi singe Le roi des singes régnait sur quatre-vingt-quatre mille singes et habitait dans les montagnes de l’Himalaya, près des sources du Gange. Non loin du fleuve, poussait un arbre splendide.…

    Lire la suite »
  • Éducation

    Qi Gong en été : Rafraichir le Cœur par le Métal

    L’été est propice pour pratiquer une activité physique sur son lieu de vacances. En médecine chinoise, il existe une pratique énergétique, le Qi Gong qui suit le rythme des saisons. Pour chaque saison, des exercices sont proposés, harmonisant les organes du corps en rapport avec la saison et l’élément qui y est associé. L’été régit le système Cœur et l’énergie du Feu.   En énergétique chinoise, la saison de l’été est caractérisée par la dominance de l’énergie climatique de la chaleur. Dans notre corps, le système en rapport avec l’été est le système « Cœur » (1) qui est le mouvement « Feu » dans notre corps. Le système « Cœur » comprend les vaisseaux sanguins, le cœur, l’intestin grêle, la langue. Le « Cœur » n’est pas simplement l’organe qui gère la dynamique du sang. Il régit la fonction mentale. Les méridiens associés sont le Méridien du Cœur et le Méridien de l’Intestin Grêle L’énergie climatique de…

    Lire la suite »
  • Histoire

    Sur le bout de la langue

    Notre langue garde dans ses expressions des traces d’événements ou de mythes très anciens. En voici quelques-unes que nous devons aux anciens Grecs et Romains. Être  narcissique Quand Narcissse naquit, le vieux devin aveugle, Tirésias, prédit qu’il vivrait vieux à condition qu’il ne se regarde pas. Les années passèrent. Narcisse était un beau jeune homme dont toutes les filles tombaient amoureuses. Insensible, il y restait indifférent. L’une d’elles, la nymphe Écho, alla crier son désespoir dans les montagnes où l’on entend encore aujourd’hui sa voix. Les jeunes filles méprisées demandèrent vengeance au ciel. Un jour de grande chaleur, alors qu’il rentrait de la chasse, il se pencha sur une source pour se désaltérer. Il aperçut alors dans l’eau son reflet. Fasciné par la beauté d’un visage qu’il découvrait pour la première fois, Narcisse tomba instantanément amoureux de lui-même. Irrésistiblement, il se pencha jusqu’à tomber dans l’eau où il se noya.…

    Lire la suite »
  • Société

    De la stagnation à la rénovation, réussir la mutation du temps

    Le livre plusieurs fois plurimillénaire du Yi King (1), est un des principaux classiques chinois dont le titre peut se traduire par Livre des mutations ou Livre des transformations. Ce n’est pas seulement un livre de prophéties, comme le veut la tradition populaire, mais un véritable traité de philosophie, commenté depuis le Ie millénaire av. J.-C. par les sages chinois et qui est devenu le socle commun des deux grandes écoles philosophiques chinoises : le taoïsme et le confucianisme. Son enseignement s’exprime à travers des hexagrammes qui combinent entre eux deux éléments simples, un trait entier et un autre brisé, l’unité et la dualité, qu’on appelle yang et yin. Ils s’assemblent d’abord par trois, en huit trigrammes qui représentant chacun un nom, une qualité, une image et une caractéristique de la société. Les trois traits entiers (Ch’ien) symbolisent ce qui est créatif ; leur qualité est d’être fort ; leur…

    Lire la suite »
  • Histoire

    Raconte, grand-mère, mon village sous l’occupation allemande (2)

    L’auteur raconte ses souvenirs de la vie quotidienne sous l’occupation allemande. Un des bons souvenirs était la saison des champignons. Aux champignons Quand c’était la saison, nous allions en forêt chercher des champignons. Mon père les connaissait bien et savait où les trouver. Nous revenions avec des paniers où se mêlaient girolles, pieds de mouton, trompettes de la mort, coulemelles, cèpes de diverses espèces et parfois, ô merveille, quelques oronges, rares dans notre région, les plus succulentes et les plus belles avec leur chapeau orange vif, le bel anneau jaune autour leur pied et la membrane blanche qui les enveloppe quand elles sont jeunes et qu’elles font éclater en grandissant. On en faisait cuire à la poêle, on en farcissait parfois une omelette. Et on se régalait. Mon père nettoyait le reste et les enfilait à l’aide d’une grosse aiguille sur une longue ficelle mince qu’il suspendait, d’un mur à…

    Lire la suite »