Célébrer la Nature extraordinaire

L’INREES (1) a organisé un Symposium « Nature extraordinaire » au Casino de Toulouse le 29 février 2020 qui a réuni plus de 1300 participants autour du thème de l’écologie spirituelle (2).


La Nature est une « Terre-Mère », un être vivant et intelligent qui nous a permis d’exister, qui nous constitue et qui nous entoure. Un être spirituel que nous devons respecter et non plus dominer voire exploiter comme cela a été fait depuis quelques siècles. À travers le chamanisme, la sagesse ou communication animale, la redécouverte des énergies de la terre et des champs de conscience planétaire, comment repenser les liens que l’homme pourrait de nouveau entretenir avec la Nature et avec tous les êtres vivants qui en font partie ?

« Les messages de l’esprit de la forêt »

Chaman suisse et bouddhiste, Laurent Huguelit (3) a invité trois forces, trois énergies à remplir les trois fauteuils vides à côté de lui : l’Amour, la Force et la Lumière pour les faire s’exprimer à travers ses paroles. Pour lui ces trois énergies nous accompagnent et sont en permanence sur le chemin spirituel : un cœur pur pour l’Amour, le vivant pour la Force et la clarté pour la Lumière.
Quels sont la place et le rôle de l’homme sur terre ?  Le futur de l’humanité, c’est pour lui, le jardin (dans la langue perse le paradis est le jardin) car dans le jardin on réapprend ce qu’est la nature. Il a défini la forêt comme Biomax (biodiversité maximale), le réservoir du vivant. Tout ce qui est vivant fait partie du même arbre ancestral. Dans la forêt tout est à sa place, l’homme est celui qui crée le désordre.
Lors d’un voyage au Pérou, il a rencontré une espèce en voie de disparition mais protégée, un colibri rare qui représente l’esprit gardien du lieu, son cœur étant associé à la vitalité de cet espace sacré. Enfin, il a évoqué  son expérience de la guidance où la Madre lui a mentionné quatre esprits alliés : la sensibilité, l’équanimité, la réflexivité et la compassion. Quatre vertus garantes de la pureté du cœur. Une invitation au respect de Dame Nature et de cette forêt amazonienne qui est notre poumon pour rétablir le lien sacré qui relie l’humanité à la Terre, pour qu’une nouvelle conscience puisse émerger.

« Les secrets de l’intelligence animale » par Yolaine Bigne et Marc Giraud

Et si les animaux étaient des maîtres de sagesse disent  Yolaine de la Bigne, journaliste et auteure spécialiste de l’intelligence animale, et Marc Giraud, naturaliste et écrivain spécialisé en zoologie ? Vu le degré important de pollution et de dégradation de la nature, nous aurions tout intérêt à nous inspirer des animaux, maîtres incontestés en écologie. Respect de la nature, empathie, solidarité, acceptation, adaptabilité… sont des valeurs essentielles que le règne animal applique à travers des comportements. Ils sont par exemple capables de s’auto-médicamenter ou bien encore de pédagogie en faisant des gestes au ralenti… Avec le biomimétisme, l’intelligence collective… l’observation des animaux a permis de faire des avancées importantes dans de nombreuses sciences et dans leurs applications. L’intelligence animale, semble-t-il, a encore beaucoup de choses à nous apprendre.

« Pour une écologie spirituelle » par Satish Kumar

Satish Kumar, (4) célèbre penseur et auteur indien de 83 ans, habitant en Angleterre où il a fondé le Schumacher College, a commencé son intervention en invitant tous les participants à une pratique simple de gratitude envers la Terre. Nous sommes tous, en tant qu’êtres humains, des éléments constituant de la Nature. Ainsi, ce que nous faisons à la Nature, nous nous le faisons à nous-mêmes. Les 1300 personnes présentes dans la salle ont été impressionnées par la force de son engagement, la puissance de son âme, une autodiscipline pratiquée depuis sa jeunesse, une conviction née de la mise en actes de ses pensées et un amour immense.

« Communiquer d’esprit à esprit avec les animaux » par Anna Evans

Riche d’une expérience professionnelle variée (santé, thérapie comportementale, éthique), le docteur Anna Evans, vétérinaire (5), a effectué des recherches sur ces phénomènes mal connus d’entrer en communication avec les animaux, ce qui l’a amenée à tenter de premières  expériences psychiques dont une en 1988 avec un lévrier italien. En 1994 dans une réserve d’animaux en Afrique du Sud, elle reçoit un message de paix de la part des éléphants. Elle développe uneméthode de communication intuitive avec l’espèce animale. Si une forme de transmission d’informations entre les animaux et les hommes est possible, comment y parvenir ? S’agit-il de télépathie consciente de médiumnité,  d’une connexion d’âme à âme ? Empathie, résonnance (langage de la musique), théorie quantique (soupe d’information). Cette évolution amène à réfléchir à la place de chaque être vivant dans le monde et à changer de conscience vis-à-vis du monde animal.

« La nature a-t-elle une âme ? » par Rupert Sheldrake

Rupert Sheldrake (6), scientifique biologiste anglais, connu pour ces recherches sur les « champs morphogénétiques », a partagé sa vision de la nature par visioconférence. Pour lui, la nature, le cosmos sont des êtres vivants animés par une force créatrice. Cette idée était déjà présente dans l’Antiquité et aussi durant le Moyen-Âge chrétien jusqu’à ce qu’au XVIIe siècle (Descartes) et ensuite le XVIIIsiècle impose une vision mécaniciste et l’exploitation de la Nature. Face aux problèmes aujourd’hui non résolus de la biologie, Rupert Sheldrake s’est efforcé d’imaginer les éléments possibles d’une nouvelle science – plus vaste – de la Vie, montrant une conception plus holistique et plus inclusive de la biologie, de l’écologie, de l’esprit, de la psychologie. Toute parcelle de l’univers, toute chose, contient de la conscience. C’est une nouvelle forme d’animisme, que l’on peut qualifier de « panpsychisme ». Rupert Sheldrake nous invite à croiser science et spiritualité pour une conscience plus grande de notre responsabilité face à la Terre et de notre évolution commune.

« Se soigner et guérir avec la naturopathie » par Daniel Kieffer

Daniel Kieffer, président de l’Union européenne de Naturopathie, met l’accent sur le fait que le soigné a un rôle actif et coopérant dans sa prise en charge et le soignant doit être un « bon compagnon sur le chemin de la santé » (Durkheim), qui prend soin de l’Être (corps et âme).
L’énergie vitale est indissociable de notre vitalité, de notre homéostasie, donc de notre santé et immunité, de notre potentiel de régénérescence, voire de notre autoguérison, et dépend de notre plan supérieur de conscience ; une vie spirituelle contribuerait à une plus forte résistance à la maladie et aiderait à rester en bonne santé. Il évoque le concept de « cascade informationnelle » qui est la clé incontournable et polyvalente, « une clé de décodage universel » :  la conscience (spirituel) donne une information (psychologie : mental et émotionnel), puis de l’énergie (énergétique ou éthérique), qui se manifeste par de la matière (physique).  La maladie est la perte de sens et l’égocentrage (oubli du mode d’emploi du cœur, rupture du plan supérieur) ; elle procure des pensées et émotions souffrantes, entraînant des désordres énergétiques (déséquilibre énergies ying-yang, diminution de l’intensité des chakras) et aboutissant finalement à la maladie.
Pour Daniel Kieffer, il n’y a pas de guérison sans souffle vital, « personne n’a jamais guéri personne », nous sommes notre médecin intérieur. Il est donc important de changer de paradigme, d’être à l’écoute de notre corps, d’être aligné entre sa conscience, ses pensées, son énergie, son physique pour ainsi garder l’équilibre dynamique qui nous maintient en vie (ou homéostasie).
Prenons soin de notre poussière d’étoiles et le silence des organes se prolongera.

(1) Institut de Recherches sur les Expériences extraordinaires https://www.inrees.com
(2)https://www.inrees.com/ev/symposium/nature-extraordinaire-toulouse
(3) Auteur de Mère, l’enseignement spirituel de la forêt amazonienne, Éditions Mama, 2019, 504 pages, 25 €
(4) Auteur de Pour une écologie spirituelle, édition Belfond, 2018, 192 pages, 17€
Lire les articles parus sur Satish Kumar dans les revues Acropolis :
N° 280 (décembre 2016),Tu es donc je suis de Satish Kumar par Brigitte Boudon
N° 283 (mars 2017), Rencontre avec Satish Kumar Terre, Âme, Société, la nouvelle trinité par Manjula Nanavati
N° 303 (janvier 2019), Rencontre avec Satish Kumar, par Marie-Agnès Lambert
N° 317 (mars) 2020), L’écologie spirituelle, une nouvelle façon de répondre à la crise par Raj Asgaraly
(5) Auteur du livre, Rencontre avec le monde animal, Communication intuitive, Éditions Plein Soleil, 2004, 214 pages
(6) Auteur entre autres de Réenchanter la science, Éditions j’ai Lu, 2016, 602 pages, et L’âme de la nature, Genèse Éditions, 2015, 176 pages
Lire les articles sur Rupert Sheldrake, parus dans les revues Acropolis :
Revue Acropolis n°86 (novembre-décembre 1985) : Rupert Sheldrake, la causalité formative
Revue Acropolis n°232 (juillet 2012) : Rencontre avec R. Sheldrake
Par un collectif de Nouvelle Acropole de Toulouse