Apprendre à se préparer à des situations difficiles

Retour de vacances, au fond de la poche, un morceau de curcuma, est un haïku écrit par Danielle Duteil et commenté par Pascale Senk dans son ouvrage Mon année Haïku, Un poème et sa méditation chaque jour pour être plus présent à la vie (1). Elle insiste sur l’importance de garder l’immatériel. Malgré les promesses de bonheur par la possession de biens matériels, ce sont l’amour, l’imaginaire, la vie intérieure, les rêves, les espoirs et les souvenirs qui représentent des ressources puissantes et inspiratrices, nous permettant de rentrer en nous-mêmes et de retrouver le lien avec les autres.

Nos sociétés sont devenues plus violentes et généralement, les citoyens n’y sont pas bien préparés.

Nos sociétés sont devenues plus violentes et généralement, les citoyens n’y sont pas bien préparés.

Sans nous en inquiéter, nous devons prendre conscience que nous avons besoin de développer nos ressources intérieures, dans une société où les violences gratuites, les agressions crapuleuses, ainsi que les simples altercations pour un oui ou un non se multiplient.
Les statistiques rappellent qu’il y a mille agressions par jour en France – hors vols et agressions armées –. Le spectacle, cet été, de la « guerre des rappeurs » Booba et Kaaris en plein aéroport d’Orly, l’illustre de manière criante. Toutes les études décrivent des comportements plus impulsifs, avec un passage à l’acte plus rapide.

L’affaiblissement de l’autorité parentale, la crise du système éducatif, la persistance des ghettos, la pression migratoire, sont autant d’explications de fond qui ne sauraient être négligées. Comme le dit le philosophe Pascal Bruckner : « La sauvagerie affleure toujours sous le mince vernis de la culture, contenue par la loi, l’éducation, les mœurs. Et le plus petit relâchement peut entraîner un regain d’insécurité qui nous laisse désarmés. » (2)

Nos sociétés sont devenues plus violentes et généralement, les citoyens n’y sont pas bien préparés. Pour éviter le repli et les regards soupçonneux partout, qui nous fragiliseraient davantage à titre individuel et collectif, nous devrions assumer de nous entraîner intérieurement, pour être moins vulnérables et devenir plus résistants et plus sereins dans les situations difficiles ou chaotiques. C’est au moins ce que diraient les stoïciens : ce qui est à faire est ce qui dépend de nous.

Pour se préparer aux situations difficiles, citons un ouvrage qui n’a pas fait beaucoup de bruit, mais qui est d’une extraordinaire clarté et qui pourrait nous servir de boussole. Ses auteurs, forts d’une expérience sur le terrain de plusieurs dizaines d’années, ont élaboré un concept éclairant : la densification de l’être (3). Sur un buvard fabriqué avec des tissus papier de trame très lâche, une goutte pénètre très vite en profondeur. La même expérience réalisée sur un tissu de type Gore-Tex (4), composé de fibres très serrées, montre que l’eau glisse sans imprégner le tissu. De la même manière, selon le « tramage interne » de l’individu, l’impact des tensions et des conflits sera plus ou moins important. Densifier l’être, c’est modifier le tramage interne de l’individu pour lui permettre d’être plus fort physiquement et psychologiquement, en s’appuyant sur un socle métaphysique solide. L’individu est conçu comme une unité où ses trois dimensions fonctionnent en interaction, sans en privilégier aucune. La densification de l’individu permet de développer la confiance en soi comme dans son entourage ; en soi par l’aptitude psychique à endurer les situations stressantes, et dans son entourage pour compter sur son aide au moment des épreuves, devenant ainsi des citoyens qui ne flancheront pas à la première épreuve.
Je vous souhaite une bonne rentrée dans le parcours de la densification de l’être.

(1) Mon année Haiku, Un poème et sa méditation chaque jour pour être plus présent à la vie, Pascale Senk et Aline Palau-Gazé, Éditions Leduc, 2017, 432 pages
(2) Extrait de l’article paru dans Le Figaro du 26 aout 2018, La sauvagerie affleure toujours de Guillaume Perrault
(3) Densification de l’être, se préparer aux situations difficiles, Gérard Chaput, Christian Venard et Guillaume Venard, Éditions Pippa, 2018, 186 pages
(4) Marque d’un tissu breveté dont la composition chimique incorpore notamment du polytétrafluoroéthylène, couramment appelé le Téflon, lui assurant l’imperméabilité
Par Fernand SCHWARZ
Président de la Fédération Des Nouvelle Acropole