À lire revue 298

 

Le temps des fous
Quand l’Amérique abandonne sa démocratie
par Lewis LAPHAM
Traduit par Sandrine TOLOTTI
Éditions Saint-Simon, 2018,329 pages, 22,80 €

L’auteur est un journaliste et écrivain américain , reconnu comme l’un des plus brillants de sa génération.Il explique dans cet ouvrage que le système américain est devenu une oligarchie ploutocratique vouée à la guerre, à l’arrogance des riches et à l’abêtissement de la masse.Il exprime ainsi ses conclusions pessimistes dans un style humoristique : « l’avenir est inexistant, le présent, venu et reparti trop vite pour pouvoir créer une adresse postale. Où vit-on, sinon dans une maison de paille construite sur une nouvelle version du « Il était une fois » ?

Et moi, je vis toujours
Par Jean D’ORMESSON
Éditions Gallimard, 2018, 288 pages, 19 €

Le dernier ouvrage de cet illustre auteur de l’Académie française a été publié à titre posthume.C’est un roman dont le personnage qui s’y exprime est l’Histoire au fil de l’aventure humaine.Vivant de cueillette et de chasse dans une nature encore vierge, tour à tour africain, sumérien, troyen, ami d’Achille et d’Ulysse, citoyen romain, juif errant, vivant à l’invention de l’imprimerie, la découverte du Nouveau Monde, la Révolution de 1789, les progrès de la science. Marin, servante dans une taverne sur la montagne Sainte-Geneviève, valet d’un grand peintre ou d’un astronome, maîtresse d’un empereur, il est chez lui à Jérusalem, à Byzance, à Venise, à New York. Jean d’Ormesson nous y démontre, une fois de plus, sa grande culture exprimée dans l’ironie et la gaité.

Un saut quantique de la conscience
Pour se libérer enfin de l’idéologie matérialiste
Par Mario BEAUREGARD
Préface de Jean STAUNE
Éditions Trédaniel, 2018, 288 pages, 18 €

Le sujet est de taille et conditionne l’avenir de l’humanité, autant et sinon plus encore que la pollution, le réchauffement climatique, ou la pénurie d’eau et de nourriture pour la population future de la planète. Le paradigme de la science post-matérialiste est en train de naître. L’auteur nous fait part des multiples recherches qui sont en cours dans le monde entier pour faire sauter les verrous de l’invisible, et nous faire pressentir comment l’esprit possède l’art de se servir de la matière pour s’exprimer et nous émerveiller.

Osmose temporelle
Tome 1 Phédora
Par Barbara HALATAS et Chrystele PITZALIS
Éditions Ariane, 2014, 173 pages, 23,95 €

Quatre grandes initiées de la Grèce et de l’Égypte ancienne, de l’Atlantide et de la Lémurie témoignent et amènent le lecteur dans des espaces-temps multi-dimensionnels.
Par vocation, dès son plus jeune âge, Phédora rejoint une île grecque qui héberge une communauté spirituelle et un temple sacré. Elle vivra des voyages initiatiques qui l’amèneront à des reconnexions multidimensionnelles. « De leur présent, elles participent au nôtre, et réciproquement. Elles livrent leurs pratiques, incitent à trouver les nôtres dans une vie laïque, afin de servir en équipe le projet. Cette simultanéité et cette réciprocité mènent spontanément au partage de nos compétences respectives, au-delà de nos incarnations, dimensions et réalités. »

 

Big Bang chez les Grecs
Tome I Entre mythe et réalité
Par Géraldine CREVAT
Éditions Persée,140 pages, 2016, 14, 90 €

Ce livre explique comment la Grèce antique, a influencé la pensée de la société moderne, en partant des mythes mais également de la vision du monde. Les mythes, à travers l’histoire des dieux des révèlent l’importance du respect des cycles (ceux de la nature comme de l’homme) et nous initient aux mystères de la vie. Les préoccupations des Anciens étaient les mêmes : écologie, gaspillage, responsabilité collective… Avec les mythes, l’auteur nous transporte des sources des mésopotamienne à la vision moderne de la science sur les mythes.

 

Un été avec Homère
par Sylvain TESSON
Édition des Equateurs France Inter, 2018, 252 pages, 14,50 €

L’auteur inspiré par les poèmes d’Homère (quinze mille vers de l’Iliade et douze mille de l’Odyssée) a fait partager ses réflexions philosophiques et poétiques sur France Inter pendant l’été 2017et aujourd’hui dans cet ouvrage où il évoque un parallèle entre cette période de l’histoire des royaumes mycéniens et de la Grèce archaïque d’il y a deux mille cinq cents ans et celle de notre XXIe siècle ! Comme le dit Sylvain Tesson « l’homme, s’il a changé d’habit, est toujours le même personnage, mêmement misérable ou grandiose, mêmement médiocre ou sublime, casqué sur la plaine de Troie ou en train d’attendre l’autobus sur les lignes du siècle XXI. »