À lire N°311

Dernières nouvelles de la science
Par Mathieu VIDARD
Éditions Grasset, 2019, 386 pages, 20 €

Du lundi au jeudi, à 7h 20 du matin, pendant deux minutes trente, entre 2017 et 2018, l’auteur a animé sur France Inter une rubrique scientifique Éditos carrés sur des sujets très variés : des mœurs du coucou, de l’intelligence de la poule, du radeau des fourmis, de l’histoire tectonique des plaques, de la vie de Stephen Hawking, au secret de gravité de la danse de Michael Jackson, au déclin des abeilles, de la chrononobiologie à la dépendance de sucre ou de smartphone, des secrets de la Tour de Pise aux microbiotes, de la science des embouteillages à la régénération du cerveau… Ces sujets, consignés dans cet ouvrage intéresseront tous ceux qui sont contre les fake news ou qui veulent tout savoir sur tout.

Les routes et Lieux-dits de l’Âme du monde
par Mohammed TALEB
Éditions  de l’Entrelacs, 2019, 192 pages, 18,50 €

L’auteur nous propose à travers ce livre un cheminement mythologique, philosophique et poétique afin de rendre l’âme du monde un peu plus intelligible. De l’Antiquité jusqu’à l’Irlande contemporaine, Mohammed Taleb nous évoque des lieux marquants, en lien aussi avec sa propre culture méditerranéenne. Mais il n’oublie pas cette maxime : «  je suis un homme ; je considère que rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

 

Nous, l’Europe banquet des peuples
par  Laurent GAUDÉ
Éditions Actes Sud, 2019, 192 pages, 17,80 €

Ce grand poème en prose, raconte l’Europe et sa construction, les bouleversements liés à la révolution industrielle, l’utopie de l’Union européenne, née à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Le passé nous montre que par l’union nous avons établi en filigrane un projet de domination. Pourtant, l’auteur affirme que la construction européenne n’aura de sens que si elle invente un nouveau but civilisationnel et pourquoi pas d’être un laboratoire de concertation des nations. Demain nous devrons entrer en concertation permanente avec les cinq continents et faire naître en nous un sentiment d’appartenance plus vaste que celui d’être européen.

La science, la matière et la spiritualité
Un chemin de vie vers la conscience
par Jeanne AYACHE
Éditions  Guy Trédaniel, 2019, 372 pages, 21,90 €

Les recherches scientifiques ont conduit l’auteur à faire un voyage de l’esprit de la matière à la conscience qu’elle porte en elle. Toute sa vie, elle n’a jamais séparé ses recherches scientifiques de ses recherches personnelles et de celles sur l’être humain. Sa vision spirituelle en a été élargie, ainsi que l’information qu’elle porte en elle, en interconnexion avec le cosmos, le champ quantique et Dieu. « Au-delà de la recherche scientifique sur la matière, c’est en faisant de la recherche que j’ai découvert la mission de mon âme : un vrai cadeau ; j’en rends grâce, et remercie l’univers. Je vis maintenant autant que je peux, le bonheur d’être Soi, guidé par mon Être supérieur sur le chemin de ma vie ». Des recherches bien documentées sur la physique quantique, le monde de la matière, le monde du vivant, l’intelligence des cellules, l’intelligence du corps, le monde émotionnel. Pour relier science et spiritualité.

Petite philosophie des oiseaux
par  Philippe J. DUBOIS et Élise ROUSSEAU
Éditions  La Martinière, 153 pages, 14,90 €

Les auteurs, ornithologue passionné d’oiseaux et journaliste, diplômée en philosophie et auteur d’ouvrages sur la nature et les animaux, nous enseignent à observer ces oiseaux sur lesquels nous avons des idées complètement fausses quant à leurs comportement et leurs capacités. Par exemple, les barges rousses et les coucous ont un sens de l’orientation innés et sont capables de parcourir des milliers de kilomètres, sans escale, ne mettant en sommeil que la moitié de leur cerveau. Les oies ont le sens de la famille. Les parents maintiennent les liens avec leur progéniture jusqu’au premier hiver inclus, ce qui est beaucoup dans le règne animal. Les parents flamands roses mutualisent l’élevage de jeunes, sorte de crèche… Que dire encore des mères poules très attachées à leurs poussins ou de l’amitié des paradoxormis asiatiques qui vivent en groupe, ou encore du coq qui partage avec ses poules ce qu’il mange… Ce sont 22 leçons de vie inspirées des oiseaux, que les auteurs nous font découvrir dans cet ouvrage.

Après
Quand l’au-delà nous fait signe
par Stéphane ALLIX
Éditions Albin Michel 2018, 299 pages, 19,80 €

L’auteur, journaliste d’investigation, décrit avec toute sa rationalité  les nombreux témoignages de personnes en deuil (200.000 en France) qui font l’expérience de communications spontanées avec le proche disparu. Il tente de prouver que ceux que l’on a aimés poursuivent leur existence dans l’au-delà et tentent de nous faire signe. Stéphane Alix a contacté Agnès Stevenin et Sylvie Ouellet, toutes deux expertes et auteures de livres sur ce sujet. Elles affirment que l’âme, qui est la dimension cachée derrière notre conscience ordinaire, entame son voyage après notre mort. À la question posée par l’auteur sur notre rapport avec notre âme , elles affirment « qu’il faut pour cela redevenir un peu un enfant, ré ouvrir ses qualités de cœur, sa spontanéité, sa curiosité, être empathique, généreux. Alors on vit dans la vibration de l’âme et l’on peut la ressentir très naturellement . Ce n’est pas une question de développement spirituel mais d’ouverture de cœur.

Et ils mirent Dieu à la retraite
Une brève histoire de l’Histoire
par  Didier Le FUR
Éditions Passés/ composés, 2019, 240 pages, 19 €

À travers les différents ouvrages traitant de l’histoire, l’auteur constate que  « […] l’histoire était particulièrement mouvante, […] elle était souvent le simple reflet des opinions des auteurs qui la rédigeait ou le témoin d’un regard collectif que l’on avait décidé de porter sur elle. »  De là, « Comment prétendre que l’Histoire était une science ? […] quand l’était-elle devenue ? Et pour quels motifs ? ». Pour les historiens d’avant la Révolution, c’est la façon dont les intellectuels pensaient l’histoire qui a permis à la discipline de se constituer en science. Pour l’auteur, l’histoire devient une science depuis la seconde moitié du XIXe siècle et tout au long du XXe siècle. L’ouvrage montre comment sous l’influence de Vico, Hobbes, Spinoza, Voltaire, Condorcet…, le progrès a supplanté Dieu comme moteur de la destinée des hommes. L’histoire s’est d’abord détachée de Dieu, puis elle a dû se détacher du contrôle de l’État sur elle. Pour tout citoyen, ce livre montrera l’importance d’une histoire scientifique.

 

Une boussole dans le brouillard
un chemin spirituel pourquoi, comment et dans quel but ?
par Gilles FARCET
Éditions  Le Relié, 2019, 260 pages, 18 €
188 pages, 19 €

Élève d’Arnaud Desjardins, l’auteur a écrit plusieurs livres avec celui qu’il considérait comme son ami spirituel. Il se consacre maintenant à transmettre les enseignements issus d’Arnaud Desjardins et Swami Prajnânpad en présentant les notions de base de la voie spirituelle dans un monde où la spiritualité est aujourd’hui infestée par le flou : ego, mental, éveil, maître, disciple, communauté spirituelle… Il tente d’une façon pédagogique de donner, non des leçons, mais des repères sur la voie spirituelle, qu’il qualifie non comme une médecine douce mais comme  un remède de cheval car « la voie, c’est bien sûr le chemin mais… il n’y a pas de chemin sans vision du territoire, des autres voyageurs et sans conception d’un but ».