À lire N° 329

L’expérience de l’immortalité
par Ramesh S. BALSEKAR
Éditions L’Accarias/L’Originel, 2021, 350 pages, 22 €

Dans ce livre, l’auteur présente l’Anubhavamrita, œuvre majeure de Jnaneshwar (1275-1296), jeune sage indien non dualiste. Le sujet du livre est que la dualité entre l’Absolu non manifesté et la manifestation de l’univers est illusoire et n’existe pas réellement et que c’est uniquement lorsque l’identification à l’identité individuelle est totalement abandonnée que nous demeurons tel que nous sommes vraiment. L’auteur nous offre ici l’opportunité de goûter l’essence même de l’expérience de l’immortalité, l’Ici et maintenant et ce qui est. Une invitation à Être.

Que faites-vous de votre vie ?
par Jiddu KRISHNAMURTI
Éditions Presse du Chatelet, 2021, 288 pages, 17 €

Ce livre contient des extraits de livres, de transcriptions d’enregistrements de dialogues et de causeries publiques de Krishnamurti. Il aborde différents sujets (connaissance de soi, éducation, travail, argent, relations…). Il nous invite à nous interroger sur la vie et nos choix quotidiens ainsi que sur les nombreux obstacles qui se dressent sur notre chemin, de l’amour à l’anxiété, des relations avec les autres à la solitude. Il n’y a pas de solution toute faite, pas d’autorité ni de gourou à suivre : « vous avez en vous la capacité de découvrir qui vous êtes, ce que vous faites de votre vie, de vos relations et de votre profession ».

Le rêve de l’assimilation
De la Grèce antique à nos jours
par Raphaël DIAN
Éditions Passés composés, 2020, 352 pages, 22 €

Qu’est-ce que l’assimilation ? L’auteur, remonte son origine à l’Antiquité. Il donne un panorama exhaustif de ce qu’est l’assimilation à travers l’histoire et les différentes civilisations et ce qu’elle n’est pas. Il évoque des concepts liés à l’assimilation tels que l’acculturation, l’intégration. L’assimilation est toujours associée à l’universalisme alors que son refus est en partie lié au racisme et à la xénophobie. Pour l’auteur, elle se révèle être historiquement le propre des sociétés ouvertes. Face aux tensions migratoires et à la mondialisation, faut-il rendre nos sociétés plus homogènes ? Quel type de culture, quel rapport à nous-mêmes et autrui voulons-nous ? Non spécialiste du sujet, l’auteur évite certains thèmes d’assimilation ou passe très vite sur le sujet.

Métamorphoses
par Emmanuele COCCIA
Éditions Bibliothèques Rivages, 2020, 240 pages, 18 €

En s’appuyant sur les découvertes scientifiques des cinquante dernières années, ce philosophe nous invite à regarder la vie autrement. La métamorphose est la relation qui nous relie à toutes les espèces vivantes (pierres, plantes, animaux). Et si toutes les espèces vivantes ne formions qu’un seul et même corps ? Pour l’auteur, la vie ne fait que se transformer. Chacune de ces vies est à son tour la métamorphose de la chair infinie du monde. Nous sommes le papillon de cette énorme chenille qu’est notre Terre.

 

Révolution spirituelle
par Abdennour BIDAR
Éditions Almora, 2020, 164 pages, 12 €

Dans ce livre construit comme un poème, avec rythme et musicalité, l’auteur appelle à une révolution spirituelle qui, seule, peut nous donner les ressources nécessaires pour faire face à la crise de civilisation actuelle. Il s’agit de cultiver en nous-même ce que Bergson appelait une « énergie spirituelle », un « élan vital », car tous nos liens à ce vital, lien à nous-mêmes, à la nature, aux autres, sont en souffrance. Se mettre au service de la transformation du monde à partir de la plus puissante énergie qu’on aura su libérer en soi.
Par un docteur et agrégé en philosophie, bien connu pour ses travaux sur l’islam contemporain.

 

Vers une espérance commune
Petit précis à l’usage des hommes d’aujourd’hui
par Gilles COSSON
Éditions Pierre Guillaume de Roux, 2021, 254 pages, 18 €

Face aux crises actuelles (conflits liés au réchauffement climatique, à la poussée désordonnée de l’islam, au matérialisme déchaîné et à la perte du sens de la vie ), l’auteur propose une « espérance commune », une perspective de l’unité de l’humanité, fondée sur les préceptes de sagesse universelle d’orient et d’Occident. Une annexe fournit des conseils pour méditer et prier.

 

Communauté, société, culture
Trois clés pour comprendre les identités en conflit
par Maurice GODELIER
CNRS éditions, collection Débats, 2021, 64 pages, 6 €

Maurice Godelier nous invite à réfléchir au sens du mot « identité » à une époque où les concepts de « communautés », « sociétés » et « cultures » sont d’actualité. Il définit ainsi l’identité comme la « cristallisation, à l’intérieur d’un individu, des rapports sociaux et culturels qui l’engagent ». Les « communautés » possèdent leurs propres traditions et les « sociétés » exercent leur souveraineté sur un territoire. « Il est impossible de comprendre la nature des rapports sociaux sans comprendre la manière dont ils sont pensés et vécus. Ces manières de penser, d’agir et de sentir constituent ce qu’on appelle une “culture” particulière et la culture est indétachable des rapports sociaux auxquels elles donnent sens. » Ses réflexions se basent sur sa vie menée pendant sept ans dans la tribu des Baruya de Papouasie-Nouvelle Guinée.

 

Apocalypse cognitive
par Gérald BRONNER
Éditions PUF, 2021, 400 pages, 19 €

Les vingt premières années du XXIe siècle ont instauré une dérégulation massive d’un marché cognitif ou marché des idées. Nous sommes bombardés d’informations de toutes sortes, ce qui a entraîné une concurrence généralisée de toutes les idées, des meilleures comme des pires, détournant notre attention. Quels sont les propositions et les produits cognitifs qui vont capter notre précieux temps de cerveau disponible ? Que révèle donc la dérégulation du marché de l’information  ? Ni plus ni moins que… notre nature humaine la plus profonde, constituée par les structures de notre cerveau et les habitus cognitifs acquis durant la Préhistoire. Loin d’avoir « dénaturé » l’homme en le soumettant à des dispositifs aliénants, le capitalisme numérique ferait apparaître les invariants de la nature humaine que nous avons tendance à refouler.