Philosophie

2023 : Apprendre à gérer l’incertitude

« Le monde connaît les larmes et le sort des mortels touche les cœurs »

Virgile, Énéide, I, 461-462

Nouveau ! à écouter en podcast : https://www.buzzsprout.com/293021/11959511

Malgré les souhaits chaleureux et les accolades des célébrations du Nouvel An, personne ne peut savoir de quoi il sera fait.
L’incertitude comporte un degré élevé d’imprévisibilité ou d’aléatoire entraînant des situations indéterminées dans lesquelles les décisions se ralentissent jusqu’à arriver à la paralysie.
Pour se rassurer dans la recherche des solutions, on a tendance à rentrer trop dans les détails, mais finalement c’est le manque de clarté et le flou qui s’installent, provoquant la peur qui paralyse.
L’incertitude règne dans tous les domaines de nos vies. Aurons-nous des coupures d’électricité ? L’inflation s’arrêtera-t-elle ? La paix reviendra-t-elle ? Serons-nous capables d’apprendre à traverser la crise systémique de nos sociétés ?

Dans son dernier ouvrage sur le sens de l’Énéide (1), Andrea Marcolongo nous présente les solutions trouvées par Énée, l’étrange héros de ce récit.
« Le chant d’Énée est destiné au moment où se fait sentir l’urgence de retrouver notre chemin vers un après qui nous sidère par sa différence avec l’avant dans lequel nous avons toujours vécu. » (2)
Énée, comme nous aujourd’hui, cherchait à ne pas perdre pied dans la tourmente de l’histoire.
Comme il ne savait pas par où commencer, il choisit tout simplement de commencer, c’est-à-dire de se mettre en mouvement et de persévérer malgré les douleurs et les échecs. Le pire est l’indécision, la non action qui nous détruit lentement. Sa réponse essentielle, face à l’effondrement, est la reconstruction. Pas de ce qui fut, mais de ce qui devrait être. Pas de ce qui lui plaît, mais de ce qu’il faut : quitter l’hybris collectif et se recentrer sur l’essentiel. Arrêter de se disperser et comprendre, comme l’a fait Virgile à travers Énée, que le monde que nous croyons immuable et éternel peut cesser d’exister.

Nous avons déjà vécu de grands moments de rupture qui ont modifié la société, comme la fin de la Première Guerre mondiale, sans parler de la Seconde ; la crise sanitaire de la COVID ou les soubresauts géopolitiques que nous traversons aujourd’hui.
Énée a vécu l’effondrement de sa propre culture et civilisation. Sa souffrance était terrible, il ne restait de sa chère Troie rien d’autre que les pénates (3), son père et son fils. Il sera contraint, comme beaucoup de populations aujourd’hui à errer d’un pays à l’autre, d’une côte à l’autre pour finalement accomplir sa destinée : poser les fondations de la future Rome.
Il nous démontre que plutôt que de résister au destin, il faut l’assumer, telle une mission qui nous permet de nous accomplir. Malgré ses incertitudes, et elles étaient nombreuses, il ne s’est jamais avoué vaincu.
Énée, comme Virgile, fait preuve « d’opiniâtreté et d’une fidélité à soi capable d’accroître de manière exponentielle les probabilités de réussite, quelle que soit la direction choisie. »
Énée se rend compte au cours de son périple, que les règles du jeu ont été chamboulées, un peu comme cela nous arrive aujourd’hui. Ce changement irréversible remet en question nos actions et nous oblige à en redéfinir rapidement les modalités pour survivre sans perdre notre dignité.

L’essentiel est de voir comment nous saurons jouer cette partie qui est la vie, « si les destins y consentent. » (Énéide, I, 18). « Énée ne cède pas. S’il tombe, il balaie la poussière de ses genoux et les larmes de son visage. Et il se relève. Énée continue, il ne va pas chercher à s’effondrer. Toujours il s’obstine à faire ce que le destin lui impose. » (4)

Comme l’explique Isabelle Patroix (5), depuis 2020 les règles du jeu ont changé et elles ne sont plus claires. « Comment l’être humain et la société peuvent-ils jouer avec ces nouvelles règles ou cette absence de règles ? » […] « Les règles sont une caractéristique fondamentale du jeu et ce sont elles qui permettent au joueur d’être inventif. » Parce que le jeu combine les idées de limites, de liberté et d’invention. C’est parce qu’il y a des règles que le joueur doit se dépasser pour réussir à l’emporter. Dans le cas d’Énée, la règle est le destin et sa mission.
Les règles font appel à la liberté de choisir et de se confronter aux décisions prises, c’est-à-dire aux conséquences de ses choix individuels et collectifs.
Sans règles, la créativité n’est plus sollicitée, le confort, le laisser aller, l’inertie et la mollesse s’installent.
« Dans un monde devenu incertain, les règles floues, inattendues, en apparence inexistantes sont donc forcément déstabilisantes pour l’être humain. Peut-être qu’il nous faudra projeter de nouvelles règles, à l’image de Red Team (6), apprendre à lire entre les lignes, à repérer les signaux faibles ; user peut-être de la prospective pour détecter les nouvelles règles et apprendre à jouer avec. » (7)
Face au doute qu’elle engendre, l’ambiguïté nous réclame d’exprimer des convictions, comme on l’a vu, de réinventer les règles et de développer une agilité d’esprit. Il ne suffit pas simplement d’être rapide, bien que cela soit important, mais de développer la confiance en soi pour être prêt à agir et affronter des situations difficiles et aléatoires.

Pour les Anciens, la vertu par excellence à développer dans ces moments de doute est la prudence, déjà associée par Héraclite à l’acte de penser. Cette vertu nous rend apte à nous tenir loin des extrêmes et à trouver le sens de l’action créatrice entre inertie et témérité. Pas de frilosité en elle, mais bien plutôt une dynamique créatrice.

Chers lecteurs, nous vous souhaitons une bonne année 2023 en vous invitant avec prudence à aller de l’avant sans fuite en avant.

(1) L’art de résister, comment l’Eneide nous apprend à traverser une crise, Éditions Gallimard, 2021
(2) Ibidem, page 14
(3) Divinités protectrices, gardiennes du foyer, des biens et du feu chez les Romains
(4) Ibidem, page 71
(5) Apprendre à faire des choix dans un monde incertain, The Conversation, 18 décembre 2022
(6) En France, programme de l’Agence de l’innovation de défense mettant en relation auteurs et autrices, dessinateurs et scénaristes de science-fiction avec des experts scientifiques et militaires pour anticiper les risques technologiques, économiques, sociétaux et environnementaux susceptibles d’engendrer de potentielles conflictualités à l’horizon 2030-2060
(7) Apprendre à faire des choix dans un monde incertain, The Conversation, 18 décembre 2022
par Fernand SCHWARZ
Fondateur de Nouvelle Acropole en France
© Nouvelle Acropole
La revue Acropolis est le journal d’information de Nouvelle Acropole

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page