Une partie de campagne, La chienne, films de Jean Renoir

Dans le cadre des Toiles du Mardi, l’espace Sorano de Vincennes et Lionel Tardif, cinéaste et auteur, proposent chaque mois un film pour ré-enchanter le monde. En février, deux films de Jean Renoir sont à l’honneur : « Une partie de campagne » et « la Chienne ».

Une partie de campagne

Une partie de campagne et La Chienne, deux fils de Jean Renoir

Une partie de campagne et La Chienne, deux fils de Jean Renoir

Été 1860. Monsieur Dufour, commerçant parisien, vient passer une journée à la campagne, en famille, avec son épouse, sa belle-mère, sa fille Henriette et son commis et futur gendre Anatole. Ils s’arrêtent dans une charmante auberge en bord de Seine, près de Bezons, pour déjeuner sur l’herbe. Rodolphe et Henri, deux canotiers, entreprennent de séduire Mme Dufour et Henriette…

« Si certains paysages et certains costumes peuvent rappeler des tableaux de mon père, c’est pour deux raisons : d’abord cela se passe à une époque et dans des lieux où mon père a beaucoup travaillé, à l’époque de sa jeunesse ; ensuite, c’est parce que je suis le fils de mon père, et qu’on est forcément influencé par ses parents. Je suis le fils du peintre, je suis forcément influencé par les peintures qui m’entouraient lorsque j’étais enfant. », dit Jean Renoir.

Film sorti en 1946. Durée : 40 min. Avec Sylvia Bataille, Georges Darnoux, Jane Marken, André Gabriello, Jacques Brunius…

La Chienne

Marié à une veuve acariâtre, Maurice Legrand, caissier à la bonneterie Henriot, a un violon d’Ingres : la peinture. Il peint tous les dimanches. Un jour, il rencontre et tombe sous le charme de Lulu, une jeune femme exploitée par un souteneur. Celle-ci va abuser de sa crédulité et provoquer sa déchéance…
Film réalisé en 1931, d’après le roman de Georges de La Fouchardière, le film se déroule à Montmartre, quartier des artistes et surtout des peintres, baignant dans une atmosphère bohème et populaire. Le film est tourné en décors naturels et en son direct, ce qui lui confère une véritable authenticité et un aspect presque documentaire. L’univers du petit peuple de Paris, de sa pègre et des marchands de tableaux font toute la force de ce film, car derrière son aspect sociologique, Renoir filme l’invisible. Pour une des premières fois au cinéma, on entend les bruits de l’arrière-plan, les effets de résonance, la profondeur des rues, les pas sur le pavé… Il porte sur ces personnages un regard féroce et lucide, où l’enjeu central repose sur l’argent. Chef d’œuvre incontesté de Jean Renoir, « La Chienne » marque les prémices du réalisme poétique du cinéma français. Le grand Fritz Lang devait en 1945 réaliser un remake de ce film, appelé « La rue rouge », œuvre bien inférieure au film de Renoir que Lang reconnaîtra honnêtement lui-même.
Durée : 1 1h35. Avec Michel Simon, Janie Marèze, Georges Flamant…

Par Lionel TARDIF
Projection : mardi 21 Février 2017 à 19 h
Espace SORANO : 16, rue Charles Pathé – 94300 Vincennes
Tel : 01 43 74 73 74 – www.espacesorano.com