Une méduse détiendrait-elle la clé de l’immortalité ?

L’homme rêve d’immortalité, comme en témoignent les recherches effectuées sur le transhumanisme. Dans le monde animal, il semblerait qu’une méduse réalise ce fantasme : la turritopsis nutricula.

 

La turritopsis nutricula est minuscule et comme elle évolue en eau profonde on ne la connaît que depuis une vingtaine d’années, mais quelle puissance ! Elle serait à l’heure actuelle la seule espèce connue à être littéralement immortelle. De polype elle devient méduse et, en cas de vieillissement ou de blessure, elle revient à l’état primitif par un processus de transdifférenciation (1) et d’apoptose bloquée (2) qui la fait redevenir polype et le cycle recommence.

Découverte en 1988, ce n’est qu’en 1996 que l’on a remarqué certaines de ses potentialités.
Le chercheur japonais Shin Kubota l’étudie depuis 15 ans et n’a pas encore réussi à percer tous ses secrets. Il explique que ses cellules se renouvellent à chaque cycle et qu’il s’agirait peut-être d’une sorte de clonage.
Originaire de la Mer des Caraïbes, cette méduse se répand actuellement dans toutes les mers du globe, jusqu’à la Méditerranée, et commence à créer la panique dans le monde scientifique.
Par contre, elle intéresse particulièrement les biologistes et les généticiens puisqu’elle est le seul organisme complexe vivant que nous connaissions capable d’inverser complètement son processus de vieillissement.

Menace ou alliée ?

Au Japon, une étude a enregistré une dizaine de cycles de régénération entre 2009 et 2011, indiquant un phénomène potentiel infini. Mais si elle est biologiquement immortelle, elle peut mourir car elle n’est pas indestructible. La méduse reste la proie de prédateurs, peut tomber malade et peut même mourir de faim ou de froid. Il n’en demeure pas moins que percer son secret aurait de très nombreuses applications, dont certaines seraient philosophiquement sujettes à débat. Interrompre le vieillissement de l’Homme aurait aujourd’hui des conséquences désastreuses sur la planète. Le parallèle peut déjà être effectué : charriée par les navires humains, bénéficiant du réchauffement climatique et de la surpêche de ses prédateurs naturels, Turritopsis nutricula accroît chaque année son aire de répartition et pourrait devenir une véritable menace pour l’équilibre biologique de la biodiversité.

 (1) Des cellules non souches ou des cellules souches déjà différenciées perdent leurs caractères normaux et acquièrent de nouveaux caractères et de nouvelles fonctions
(2) Processus par lequel des cellules programment leur auto-destruction pour permettre la survie des organismes multicellulaires. L’aptopose bloquée permet de revenir à une situation antérieure
Voir sur Internet
http://www.wikistrike.com/article-une-meduse-immortelle-seme-la-panique-dans-le-monde-scientifique-91780694.html

https://www.especes-menacees.fr/le-saviez-vous/turritopsis-nutricula-meduse-immortelle/

https://www.youtube.com/watch?v=e4pvkWpYs9E
https://www.youtube.com/watch?v=TIzdOp6bpKg
http://www.atlantico.fr/decryptage/cles-immortalite-ces-10-especes-animales-et-vegetales-qui-ne-vieillissent-jamais-22065
Par Michèle MORIZE