Rousseau et l’éducation, une éducation selon la nature de l’homme

Dans la deuxième moitié du XVIIIsiècle, l’éducation devint un sujet central de préoccupation et de réflexion. Jean-Jacques Rousseau y contribua avec la parution de son ouvrage important « Émile » ou « De l’éducation ».

Jean-Jacques Rousseau

Jean-Jacques Rousseau

Rappelons que « Émile » ou « De l’éducation », paru en 1762, est, de l’avis même de l’auteur, « moins un traité d’éducation que les rêveries d’un visionnaire sur l’éducation » (1).
Il n’empêche que cette rêverie n’a cessé depuis, et aujourd’hui encore, d’être une source d’inspiration pour les éducateurs et les pédagogues.
Nous retiendrons de sa pensée certains éléments susceptibles de nous être utiles aujourd’hui.

Présenté sous forme romancée et divisé en cinq livres, l’ouvrage présente les étapes successives du développement progressif d’un garçon, Émile, et son éducation, de la naissance jusqu’à l’âge adulte et au mariage, sous la houlette d’un gouverneur (précepteur) dont c’est l’occupation exclusive, jusqu’au moment « où devenu homme fait, il n’aura plus besoin d’autre guide que lui-même. »  (2)

Une éducation selon la Nature

Le mot sans doute le plus fréquemment rencontré dans l’ouvrage est celui de nature. Le principe de base qui fonde la pensée de Rousseau est en effet la conformité à la nature et la bonté originelle de l’homme.
« Tout est bien sortant des mains de l’Auteur des choses, tout dégénère entre les mains de l’homme. » (3)
Aussi l’enfant sera-t-il élevé à la campagne, loin des tentations et perversions de la ville, dans un cadre protégé.  « La première éducation doit être purement négative. Elle consiste… à garantir le cœur du vice [telle la vanité ou la manipulation] et l’esprit de l’erreur, [tels les préjugés]. » (4)
Ce n’est que progressivement, lorsqu’il sera assez fort pour ne pas être dénaturé par les travers que ne manque pas de susciter la société, qu’il sera initié à la vie sociale pour faire ensuite de lui un citoyen soucieux du bien public.

Rousseau fait une distinction intéressante entre l’amour de soi et l’amour-propre : « L’amour de soi… est content quand nos vrais besoins sont satisfaits ; mais l’amour-propre, qui se compare, n’est jamais content, et ne saurait l’être, parce que ce sentiment, en nous préférant aux autres, exige aussi que les autres nous préfèrent à eux ; ce qui est impossible. Voilà comment les passions douces et affectueuses naissent de l’amour de soi, et comment les passions haineuses et irascibles naissent de l’amour-propre. » (5)

Respecter la spécificité de l’enfant

Il importe de respecter la spécificité de l’enfant qui n’est pas un adulte en miniature, pas plus qu’un jeune animal qu’il faut dompter pour qu’il ne dérange pas les adultes, ni dresser comme un perroquet qui répète pour leur faire plaisir et se faire admirer des paroles et des textes auxquels il ne comprend rien.  Si les enfants sautaient tout d’un coup de la mamelle à l’âge de raison, l’éducation qu’on leur donne pourrait leur convenir. » (6)
« L’enfance a des manières de voir, de sentir, de penser qui lui sont propres ». Il faut apprendre à se mettre à leur place : « Nous n’entrons pas dans leurs idées, nous leur prêtons les nôtres. » (7)
Il faut également tenir compte de la spécificité de chaque enfant : « Chaque esprit a sa forme propre, selon laquelle il a besoin d’être gouverné. […] Épiez longtemps la nature, observez bien votre élève avant de lui dire le premier mot. » (8)

L’enfant sera élevé à la campagne, loin des tentations et perversions de la ville, dans un cadre protégé.

L’enfant sera élevé à la campagne, loin des tentations et perversions de la ville, dans un cadre protégé.

Il convient de respecter les étapes par lesquelles le fait passer la nature sans craindre de perdre du temps : « laisser mûrir l’enfance dans l’enfant »  (9)

Rousseau prône l’allaitement maternel, la liberté de mouvement du nourrisson et du très jeune enfant dès le départ.

L’éducation concerne d’abord l’éveil du corps « qui cherche à se développer » et l’exercice des sens et de leur bon usage car ils sont susceptibles de nous tromper. Vient ensuite l’éducation de l’esprit » qui cherche à s’instruire » — ce qui inclut l’apprentissage d’un métier manuel — suivie par celle, morale, de ce qui est bon et convenable.

L’éducation religieuse est tardive et très ouverte : « Petite partie d’un grand tout dont les bornes nous échappent » (10), l’homme est guidé par sa conscience, « qui fait l’excellence de sa nature et la moralité de ses actions » (11). Et «si l’on n’eût écouté que ce que Dieu dit au cœur de l’homme, il n’y aurait jamais eu qu’une religion sur la terre. » (12)

Respecter la spécificité des enfants et en tenir compte

Respecter la spécificité des enfants et en tenir compte

Quelques principes pédagogiques :

  • Laisser l’enfant faire ses expériences, les mener jusqu’au bout et trouver seul la solution.
  • Ne lui donner de l’aide que lorsqu’il en demande.
  • Le placer dans des situations où il soit confronté à l’environnement, qui le contraignent à apprendre quelque chose pour satisfaire un besoin. « N’’accordez rien à ses désirs parce qu’il le demande, mais parce qu’il en a besoin. » (13) Par exemple, apprendre à lire pour comprendre les invitations qu’il reçoit.
  • Accordez avec plaisir, ne refusez qu’avec répugnance ; mais que tous vos refus soient irrévocables… : que le non prononcé soit un mur d’airain. » (14)
  • « Une leçon qui révolte ne profite pas. Je ne connais rien de plus inepte que ce mot : Je vous l’avais bien dit. Le meilleur moyen de faire qu’il se souvienne de ce qu’on a dit  est de paraître l’avoir oublié. » (15)

Une remarque pour finir : il est heureux que la plupart des recommandations concernant l’éducation du garçon puissent aussi bien s’appliquer aux filles car Rousseau, dans son ouvrage, ne leur fait pas la part belle. « Toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utiles, se faire aimer et honorer d’eux, les élever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler, leur rendre la vie agréable et douce : voilà le devoir des femmes dans tous les temps, et ce qu’on doit leur apprendre dès leur enfance. » (16) Sophie, la jeune fille qu’épousera Émile, est éduquée dans l’unique perspective de devenir pour lui cette épouse idéale.

Nous conclurons avec ces deux phrases de Rousseau : « Vivre est le métier que je veux lui apprendre. » Et « Nous commençons à nous instruire en commençant à vivre. » (17)

Les citations de Émile ou de l’éducationsont tirées de l’édition des Petits Classiques Larousse, 2008
(1) p. 46
(2) p. 61
(3) p. 47
(4) p. 96
(5) p. 190
(6) p. 96
(7) p. 148
(8) p. 97
(9) p. 97
(10) p. 217
(11) p. 226
(12) p. 228
(13) p. 89
(14) p. 93
(15) p. 207
(16) p. 271 et 272
(17) p. 54 et 55
par Marie-Françoise TOURET

À lire

Les grands penseurs de l’éducation
Sous la direction de Martine FOURNIER
Éditions sciences humaines, 2018, 159 pages, 12,70 €
De Rousseau à Maria Montessori, de John Dewey à Célestin Freinet, ces grandes figures de la pédagogie ont proposé leurs conceptions sur la façon d’apprendre, de former, de transmettre, qui passe apr des formes différentes : du formatage à l’endoctrinement en passant par la liberté de l’enfant, des théories de la connaissance, du développement de l’intelligence en passant par le fonctionnement du cerveau ou l’économie politique.

 

Histoire incorrecte de l’école
De l’ancien régime à aujourd’hui
Par Virginie SUBIAS KONOFAL
Éditions du Rocher, 2017, 165 pages, 12,90 €
L’histoire de l’institution scolaire, de la formation des enseignants et des pédagogies enseignées n’est pas un long fleuve tranquille mais une suite de conflits, idéologiques, politiques, structurels ayant entraîné des changements voire des révolutions dans l’éducation. On y découvrira comment de la liberté, l’école est passée au monopole d’État en passant par la laïcité. Par contre, il y a bien une volonté depuis toujours d’instruire les enfants et de généraliser cette instruction pour libérer l’humain par le savoir et l’intelligence. Qu’en est-il aujourd’hui ? Ne valorise-t-on pas plutôt les compétences ?L’auteur, enseignante à l’Institut Libre de Formation des maîtres (IFLM) et qui soutient, finance et accompagne la création et le développement d’écoles indépendantes conclue :
« Il ne faut donc pas abdiquer l’ambition de former des êtres libres, dépositaires d’une culture patiemment filtrée et transmise par les générations antérieures, assimilée par un travail exigeant et constant, appuyée sur une volonté façonnée par l’effort et la rigueur : sachons avoir foi en la liberté et la revendiquer ! »

 

Ne tirez pas sur l’école !
Réformez-la vraiment
par Éric  DEBARBIEUX
Éditions Armand COLIN, 2017, 234 pages, 15,90 €
Ancien instituteur et ancien délégué ministériel à la prévention de la violence scolaire, l’‘auteur se livre à un diagnostic sur l’école. Si la grande majorité des élèves français se déclare satisfaite de l’école, il n’en est pas de même pour les enseignants qui éprouvent un ras le bol croissant. Des solutions sont envisagées : formation à la dynamique des groupes et au débat, importance du travail d’équipe, appel à une responsabilisation accrue des personnels, considération pour les élèves ET pour les personnels de l’école… Le vrai changement ne peut venir que de la base.