Pour être un bon volontaire il faut…

L’association internationale Nouvelle Acropole organise des actions de volontariat dans le monde entier pour répondre aux problèmes et besoins de notre époque. Les programmes de volontariat qu’elle dispense sont basés sur une formation technique indispensable mais également éthique. Les différents domaines d’action sont l’écologie, le secteur social et humanitaire, la culture et l’intervention dans les catastrophes naturelles.

Le rapprochement humain, la possibilité de partager des sentiments et des idées est, de nos jours, une des aides les plus appréciées dans un monde où une bonne partie des gens se sentent seuls.

Le rapprochement humain, la possibilité de partager des sentiments et des idées est, de nos jours, une des aides les plus appréciées dans un monde où une bonne partie des gens se sentent seuls.

Savoir qu’on n’aide pas toujours avec des objets matériels, mais que le rapprochement humain, la possibilité de partager des sentiments et des idées est, de nos jours, une des aides les plus appréciées dans un monde où une bonne partie des gens se sentent seuls.

Savoir que pour aider, il faut donner de soi et se vouer totalement à ce que l’on fait.

Savoir qu’une aide concrète requiert des connaissances concrètes et pratiques concernant le bon résultat que nous voulons obtenir. Autrement dit, nous pouvons difficilement collaborer avec celui qui vient de perdre son logement si nous ne savons pas reconstruire un logement (ou trouver des personnes qui le reconstruisent sous notre responsabilité).

Savoir qu’une aide humaine requiert des connaissances concrètes sur l’être humain. Consoler, réconforter, proposer de nouveaux pas dans la vie, sont des biens que seuls peuvent offrir ceux qui se connaissent et qui connaissent les besoins et les aliments de l’âme.

Savoir que nous avons tous quelque chose à donner. La générosité n’est pas réservée à un petit nombre. Chacun possède quelque chose de bien, une valeur concrète ou intime, une caractéristique humaine qui peut aider ceux qui en manquent.

Savoir se mettre à la place des autres, sentir ce qu’ils sentent, comprendre ce qu’ils pensent, entrer en contact réel et non superficiel. Sortir de la coquille de l’individualisme qui nous transforme en centre et axe du monde.

Savoir qu’aider, c’est servir avec joie. L’enthousiasme multiplie la valeur de ce qu’on offre, aussi puissant et parfait cela soit-il du point de vue technique.

Par Délia Steinberg Guzmán
Présidente internationale de l’association Nouvelle Acropole
 Texte traduit de l’espagnol par Marie-Françoise Touret et Sarra Kerrad
N.D.L.R. Le chapeau a été rajouté par la rédaction