Philosophie pour évoluer

« Toute la vie est un long voyage et la vitesse qu’une illusion ; ce n’est pas le véhicule que nous utilisons qui importe mais le Chemin que nous empruntons. »  Platon

L’auteur s’interroge sur l’évolution de l’homme et le moyen pour y arriver. Un chemin plus ou moins long pour lequel la philosophie peut nous être utile.

En tant que philosophes, l’idée d’une Humanité statique, soumise à la réussite d’avancées matérielles mais sans modifications intérieures majeures, ne nous satisfait pas. L’évolution s’impose comme quelque chose de nécessaire et d’admirable, comme un chemin plus ou moins long selon notre désir d’être en marche, et avec des buts aussi élevés que sont grandes les aspirations cachées de l’âme qui se manifestent en intuitions vagues privées de mots. Tout cela, dans le cadre du concept à la fois merveilleux et inévitable de Destin.

Le chemin de l'évolution. plus ou moins long... cela dépend de nous.

Le chemin de l’évolution. plus ou moins long… cela dépend de nous.

Un chemin court ou long : cela dépend de nous

En ce qui concerne la longueur de notre chemin, nous devons réfléchir et constater que le chemin sera aussi long que sera lente notre décision de réellement évoluer. Si nous jouons à « être »  tout en continuant à rester dans les brumes du quotidien, le chemin sera long, très long… Si chaque jour, par contre, est un temps précieux pour faire quelque chose de concret en relation avec notre éveil intérieur, les distances se réduiront prodigieusement. Et il se peut qu’à travers de petits succès se produisent en nous des transformations que nous n’étions même pas arrivés à imaginer.

En quoi la Philosophie nous aide-t-elle ?

Nous étudions la Philosophie pour chercher la sagesse qui nous manque, pour découvrir peu à peu les lois qui régissent la vie et, par conséquent, nous-mêmes. Pour gouverner nos personnalités et les rendre plus harmonieuses et pour offrir aux autres le résultat de nos expériences, en leur évitant, si possible, des souffrances inutiles. Pour connaître le pourquoi de tant de faits qui s’avèrent apparemment malvenus : douleur, maladie, misère, violence, folie, haines, peurs… Pour reconnaître, à travers ces vicissitudes, des exercices que nous propose la vie pour collaborer à l’avancée évolutive à laquelle nous prétendons. Pour être actifs face à l’Histoire et ne pas laisser passer le temps en vaines lamentations, pour nous appuyer sur les legs de la tradition et susciter de nouvelles voies de transmission vers l’avenir. Pour éveiller le sentiment endormi de solidarité humaine et voir tout un chacun comme un être digne de notre compréhension. Pour dévoiler le mystère de Dieu et couvrir nos âmes de ces voiles mystérieux, en les retournant à leur patrie d’origine. Qu’avons-nous à gagner ? Faut-il plus grand gain que celui qui est exposé dans les lignes qui précèdent ?

Avoir plus ou être plus ?

Il s’agit d’être plus avant de vouloir avoir plus. Après tout, nombreux sont ceux qui se trouvent démontrer qu’on peut avoir beaucoup de choses, les dissiper ou les perdre en un jour, mais peu nombreux ceux qui démontrent posséder la clé de l’être intérieur, le contrôle de leur existence, de leurs émotions, la compréhension de la douleur, la force d’âme dans les épreuves, la sagesse pour distinguer qui nous sommes, d’où nous venons et où nous allons.

par Délia STEINBERG GUZMAN
Extrait du livre Filosofia para vivir
Traduit de l’espagnol par M.F. Touret
N.D.L.R. : le chapeau a été rajouté par la rédaction