Nouvelle année avec un vieil ami

 Délia Steinberg Guzman, Présidente de l’association internationale Nouvelle Acropole et auteur de livres, évoque le rôle de la philosophie pour vivre.

Nous essayons tous de commencer l’année auprès de nos êtres chers, des choses les plus agréables et les plus précieuses pour notre cœur. Et avec cette page, je souhaite aussi commencer un nouveau cycle, aux côtés de mes lecteurs, en compagnie d’un vieil ami tant oublié: la philosophie.

 Apprendre de la vie et vivre ce que l’on apprend

Un nouvel an avec un vieil ami. Ce n’est pas la philosophie mal comprise strictement rationnelle, avec ses argumentations arides et complexes, peu pratiques pour la vie de tous les jours. Non. C’est, au contraire, la simple et honnête recherche de la connaissance. C’est savoir davantage et mieux. C’est apprendre de la vie et vivre ce que l’on apprend. C’est ouvrir les yeux à la nature et découvrir peu à peu ses lois. C’est ouvrir la compréhension devant l’histoire et vérifier que toutes les cultures, aussi différentes paraissent-elles, ont des racines semblables. Et, surtout, que nous, êtres humains, dans ce que nous avons d’intime et de profond, sommes les mêmes, peu importe où nous sommes nés, dans quelles circonstances, notre aspect extérieur, la langue que nous parlons.

Ce vieil ami tant oublié, la philosophie, nous aide à penser avec sérénité, à relier les idées avec un sens commun. Il nous aide à éloigner l’incertitude, les contradictions, l’instabilité psychique, le désespoir, la peur… Et sa proximité nous manque, précisément parce que nous vivons des époques d’incertitude, d’instabilité, et de grandes contradictions.

Ouvrir les yeux à la Nature et à ses lois

Ouvrir les yeux à la Nature et à ses lois

 Les réponses devant les contradictions

Devant les yeux étonnés de la philosophie, sur un plateau de la balance grandissent les projets les plus avancés, les techniques scientifiques les plus élevées, et les solutions présumées à tous les maux dont souffre l’humanité. Pendant ce temps, sur l’autre plateau, s’accumulent les guerres, la haine, la violence irrationnelle, l’agressivité incontrôlée, la corruption, la méchanceté pure, les attaques sans discrimination contre la nature, la destruction de l’homme par l’homme.
Oui, les contradictions pèsent lourd sur la balance qui n’en finit pas de s’équilibrer, et dans la conscience humaine qui n’arrive pas à trouver la paix intérieure ni extérieure.
Nous avons évidemment besoin d’autres réponses : les mots clairs de la vieille philosophie de vie, qui fut une lumière inspiratrice pour tant de peuples au cours du temps. Qui fut stabilité face au désordre.

À l’aube d’une nouvelle année, je veux me rapprocher de ce vieil ami oublié, pour lui demander qu’à son tour, il se rapproche de tous les hommes pleins de volonté saine et d’un cœur sincère. Il serait bon que nous le reconnaissions tous une fois de plus et que nous puissions lui donner la main, cette année et toutes les années à venir. Car la philosophie ne nous enseigne pas seulement à savoir, mais à vivre, à dépasser les difficultés et à thésauriser l’expérience de nos réussites.

 Salut à toi, amie philosophie !

 Par Délia Steinberg Guzmán
Traduit de l’espagnol par Sarra et Marie-Françoise Touret
N.D.L.R. Le chapeau et les intertitres ont été rajoutés par la rédaction

 Délia STEINBERG GUZMAN
Auteur de :

– Pensées, éditions Nouvelle Acropole, 6 €
– L’expérience, éditions Nouvelle Acropole, 6 €
– Les jeux de maya, sous le voile des apparences, éditions des 3 monts, 16 €
– Philosophie à vivre, éditions des 3 monts, 14,90 €