Masculin/Féminin, à la recherche des complémentaires, selon C. G. Jung

Notre civilisation traverse simultanément différentes crises conduisant à la dissolution des valeurs qui structurent notre identité, tant sur le plan individuel que collectif. Nos vieilles valeurs civilisatrices, notamment le concept de masculin/féminin, perdent leur contenu car les mots que nous utilisons pour les définir deviennent vides de sens et sont réduites à la plus simple expression. Qu’est-ce que le masculin et le féminin ?

272-masculin feminin«On ne naît pas femme, on le devient», disait Simone de Beauvoir (1), et cela a été un véritable combat, il y a quarante ans, pour que les femmes puissent gagner l’égalité des droits. Les femmes ont acquis une indépendance, un rôle professionnel, parfois en rivalité avec les hommes, si bien que dans la société actuelle, hommes et femmes ne savent plus vraiment qui ils sont et comment se comprendre. Il est donc nécessaire de redonner un sens à chaque polarité pour que la société retrouve un équilibre plus harmonieux.

Les grands mythes des sagesses traditionnelles expliquent qu’au commencement, il y a une unité primordiale, indifférenciée. Cette unité se divise dans une dualité qui va ensuite se polariser en un principe actif et un principe récepteur.

Platon, dans le Banquet (2) explique cette division au niveau des humains, comme une punition des dieux à cause de leur orgueil et depuis, les hommes en manque, recherchent désespérément leur «moitié» ou âme sœur.

Le concept de masculin/féminin chez C.G. Jung

Pour C. G. Jung (3), fondateur de la psychologie analytique (4), retrouver cette unité, passe par la reconnexion entre le masculin et le féminin qui existent en chacun de nous. Quels sont les attributs du masculin et du féminin ? Le principe masculin, symbolisé par le Soleil, est le Père, Yang, source de la lumière, de la chaleur et de la vie ; émetteur, il vivifie, manifeste les choses. Il est le principe, la loi, l’ordre, le conscient. Il est symbole de résurrection, d’immortalité et de la connaissance intellectuelle ou le logos. Le principe féminin est récepteur, symbolisé par la Lune, la Mère, Yin. Il symbolise la beauté, l’amour, la sagesse, le temps qui passe, le renouvellement, la transformation. Il maintient les conditions favorables et harmonieuses à l’expression de la vie, il relie, il est l’eros. Il représente l’inconscient, la vie intérieure et la spiritualité (5).

Chacun d’entre nous, homme ou femme, représentons donc le masculin et le féminin et nous le montrons à l’extérieur, dans la société à travers un masque, persona (6), part de la personnalité, qui exprime le rapport de l’individu à la société. La persona est la partie visible de nous-même, qui nous permet de jouer divers rôles sociaux. Pour C. G. Jung, chaque être humain contient en lui-même deux polarités complémentaires, l’une consciente et l’autre inconsciente.

L’«animus» et l’«anima»

272-masculin feminin-2

La part féminine dans l’inconscient masculin est l’anima et la part masculine dans l’inconscient féminin est l’animus. Ce sont des archétypes (7) dont les images projetées inconsciemment, se construisent à partir des relations, d’abord avec le parent du sexe opposé, puis des personnes du sexe opposé et aussi selon les représentations culturelles du sexe opposé.

L’anima peut apparaître sous les traits d’une femme séductrice ou diabolique. Elle incarne le principe de l’eros, la force qui relie, qui rapproche ce qui était séparé.  L’anima joue un rôle inspirateur. À travers des figures féminines révélatrices, elle exprime le désir, les attentes, la vie émotionnelle et affective. Un homme qui intégrera cette part féminine en lui, aura des relations profondes aux autres, vivantes, et il ne les verra pas comme des objets d’exploitation. Son anima sera sa muse inspiratrice qui le conduira vers la lumière.

L’animus peut apparaître en rêve sous forme de l’amant inconnu ou invisible. Il incarne les valeurs du logos, ce qui distingue, différencie, sépare, rationnalise et conceptualise. Mal canalisé, l’animus est à l’origine de comportement et de paroles acerbes et magistrales, péremptoires, ou exprimant des généralités. Maîtrisé, l’animus peut devenir alors un compagnon intérieur qui lui transmettra les qualités masculines d’initiative, de courage, d’objectivité et de sagesse spirituelle.

L’individuation

272-masculin feminin-3Pour Jung, aller à la rencontre de sa polarité complémentaire, mener un périple intérieur, qui part de l’extérieur du conscient (persona), pour aller petit à petit vers le centre de son être intérieur, nécessite d’affronter son ombre, la partie de nous-mêmes constituée par nos défauts et comportements non assumés, qu’il faudra mettre en lumière et intégrer.

L’individuation est un voyage héroïque intérieur, qui demande d’aller à la rencontre de ces archétypes, d’avoir un vrai dialogue avec eux pour les accepter et les assumer, ce qui conduit à l’aboutissement de soi. L’individuation est un processus de création et de distinction de l’individu qui se rapporte à la réalisation du soi par la prise en compte progressive des éléments contradictoires et conflictuels qui forment la totalité psychique, consciente et inconsciente du sujet, pour créer une unité autonome et indivisible, une totalité. Pour Jung, le Soi est un archétype qui regroupe en un même ensemble le conscient et l’inconscient, lui-même divisé entre l’inconscient personnel et l’inconscient collectif. Le Soi est donc la donnée existante dont naît le moi. Il est le moteur, l’organisateur et le but de l’individuation. Elle permet d’intégrer les différentes facettes de l’être, le conscient et l’inconscient pour redevenir Un, situé dans son propre Soi et relié à tous les êtres.

L’Individuation est un véritable chemin, un travail sur soi long et difficile, mais la philosophie peut nous y aider car elle provoque une confrontation avec les idées, une véritable introspection, pour aller à la rencontre de soi par un dialogue intérieur afin de mieux se connaitre, voir ses défauts, combattre ses dragons grâce à ses forces, ses vertus. La spiritualité aide à développer sa vie intérieure, à s’ouvrir vers les autres et vers ce qu’il y a de plus grand que soi. Elle est source d’harmonie et d’équilibre, et elle révèle le héros qui sommeille en nous.

Lorsque chaque individu réalise en soi même le mariage de ses principes masculin et féminin, il harmonise son logos, donc sa raison et son eros, son sentiment et sa capacité de reliance. Il redevient un être complet et peut alors depuis son propre centre rayonner et se relier aux autres individus pour collaborer à la naissance d’un monde riche de sens.

Par Olivier CHEVALIER
Article réalisé d’après la conférence sur le thème Jung et le Masculin/Féminin  réalisée par Laura Winckler, philosophe, auteur de nombreux ouvrages et co-fondatrice de Nouvelle Acropole en France.
(1) Philosophe, romancière française (1908-1986), auteur du Deuxième sexe, considérée comme une théoricienne importante du féminisme dans les années 70
(2) Platon, Le Banquet, Présentation et traduction par Luc Brisson. Éditions Flammarion
(3) Médecin psychiatre suisse (1875-1961), fondateur de la psychologie analytique, auteur de nombreux ouvrages
(4) Théorie psychologique élaborée par Carl Gustav Jung à partir de 1913
(5) Dictionnaire des symboles, Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Éditions Robert Laffont / Jupiter
(6) Ce mot désignait le masque que portaient les acteurs de théâtre, qui donnait à l’acteur l’apparence du personnage
(7) Pour Jung, un archétype est une structure psychique a priori, un symbole universel d’un type ou d’une personne qui sert de modèle idéal à un groupe, résultant de l’inconscient