« Le sens de l’hospitalité » une proposition de réponse aux maux d’aujourd’hui

Dans son dernier livre « Le sens de l’hospitalité », Jacqueline Kelen introduit la notion de l’hospitalité. Un sujet toujours d’actualité dans un pays qui a accueilli de nombreux peuples, de passage ou venus s’y installer.

"Le sens de l'hospitalité" de Jacqueline Kelen.

« Le sens de l’hospitalité » de Jacqueline Kelen.

Dans notre époque, où le temps pressé l’emporte sur le temps rythmé. Dans la civilisation du tout connecté, où comme l’anticipe Antoine de Saint-Exupéry en mai1944, lorsqu’il écrit à Madame Françoise de Rose « une dictature de la présence remplace la vraie présence ». Dans cette frénésie de début du XXIe siècle où les relations humaines s’emballent sur des claviers malmenés par des pouces surexcités. Des pouces, en recherche d’un cœur toujours plus aimant. Mais, relié à distance celui-ci semble plutôt en sommeil qu’en activité. Alors, dans cette atmosphère à la cadence effrénée, qu’avons-nous oublié ?

Jacqueline Kelen, avec sa culture de femme de lettres et son talent d’écrivain, vient nous parler d’une altérité tombée dans l’oubli : le sens de l’hospitalité. Tiens donc, le sens de l’hospitalité, quel sens lui donner ? Notre temps lui prête-t-il de l’importance ? Peut-il être un bien fondé à l’action politique du « vivre-ensemble » ? Pouvons-nous le considérer comme une solution à nos problèmes ?
Voilà, autant de questions que soulève cet essai.

Les valeurs de l’hospitalité

Notre premier contact avec le livre se fait par l’intermédiaire de sa couverture, une splendide nature morte de Pieter Claesz (1). Un premier appétit de lecture nous est proposé mais aussi une première réponse. La nature morte, nous rappelle à la saveur des mots partagés autour de mets qui portent le goût et les odeurs du Souverain Bien platonicien : le Bon, le Beau, le Juste et le Vrai.

Puis, on tourne les pages. La lecture nous saisit. Nous comprenons le devoir sacré du sens de l’hospitalité. Les dieux eux-mêmes l’ont vénéré. Puis, il devient un sens moral, un élan de générosité, un rite de vie au cœur de toutes les traditions. Nous saisissons qu’il est source d’inspiration pour les tablées de chevalerie d’hier et d’aujourd’hui. Mais aussi qu’il n’est pas naïf. Qu’il satisfait au bon dosage entre confiance et discernement, entre charité et justice.

C’est au rythme de la philosophie antique, des récits bibliques, des mythes grecs, d’histoires vécues que Jacqueline Kelen nous conduit à la richesse de cette réflexion. Le sens de l’hospitalité, une proposition de réponse pour les maux d’aujourd’hui ?
Qui y aurait cru ?

Laissons les derniers mots à Saint Exupéry cité par Jacqueline Kelen : « Car sache que l’hospitalité et la courtoisie et l’amitié sont rencontres de l’homme dans l’homme ».
Merci, Jacqueline pour ce livre. Que sa lecture nous inspire pour faire grandir notre joie portée, par le sens de l’hospitalité.

(1) Peintre néerlandais (1596/1597-1661) dont la peinture a pour thème la nature morte. Il a exercé son art pendant le siècle d’or néerlandais (1584-1702), période où les Pays-Bas sont devenus l’un des centres du savoir, notamment avec le développement des sciences humaines et des sciences naturelles et la présence de nombreux écrivains et érudits venus dans ce pays pour enseigner et publier en toute liberté. Pieter Claesz fut l’un des représentants du baroque
Le sens de l’hospitalité
Jacqueline KELEN
Éditions Guy Trédaniel, 2017, 139 pages, 15€
Jacqueline Kelen est écrivain, auteur d’une quarantaine d’ouvrages. Elle a suivi des études supérieures de lettres classiques et pendant vingt ans a été productrice d’émissions à France Culture. Ses livres sont consacrés au déchiffrement des mythes, aux richesses de la vie intérieure et aux figures de la mystique.
Par Olivier LARREGLE