La méditation a-t-elle un effet sur le cerveau ?

La méditation a-t-elle un effet sur le cerveau ? Le moine bouddhiste Matthieu Ricard et le neurobiologiste Wolf Singer se sont penchés sur la question.

Cerveau et méditation, Matthieu Ricard et Wolf Singer.

Cerveau et méditation, Matthieu Ricard et Wolf Singer.

Moine bouddhiste depuis quarante ans, Matthieu Ricard est un méditant chevronné, régulièrement sollicité par les universités du monde entier pour se prêter à des expériences sur le cerveau. Neurobiologiste, directeur émérite du Max Planck Institute for Brain Research, Wolf Singer est l’un des plus grands spécialistes mondiaux du cerveau. C’est lui qui y a découvert les fréquences gamma. Pendant huit ans, à intervalles réguliers, ils ont partagé leurs savoirs et se sont interrogés ensemble sur le fonctionnement de l’esprit humain.

 

Un dialogue entre le bouddhisme et les neurosciences

La méditation modifie-t-elle les circuits neuronaux ? Comment les émotions se forment-elles ? Quels sont les différents états modifiés de la conscience ? Le libre arbitre existe-t-il ? Que peut-on dire de la nature de la conscience ? Sur chaque thème, Matthieu Ricard et Wolf Singer confrontent deux traditions de pensée. L’une, la philosophie bouddhiste, est une connaissance à la première personne, pratiquée depuis des millénaires par des moines tibétains. L’autre, les neurosciences, est une connaissance à la troisième personne, issue d’expérimentations en laboratoire. Les deux approches sont radicalement différentes, mais elles aboutissent souvent aux mêmes conclusions. Ce que propose cet ouvrage est un rapprochement des deux disciplines pour développer une véritable « science de l’esprit ». Un dialogue approfondi entre les sciences contemplatives et les sciences modernes pour percer les mystères de l’esprit humain.

 

Des signatures différentes dans le cerveau

 

La méditation est le fil rouge de cet ouvrage exigeant. Elle revêt deux aspects principaux : la méditation est d’abord un entraînement de l’esprit qui permet de cultiver, de se familiariser avec une qualité, comme l’attention focalisée, l’altruisme, ou la bienveillance. Le second aspect consiste à se familiariser avec le fonctionnement de l’esprit,  à mieux comprendre comment naissent les pensées, comment distinguer les émotions négatives, cultiver la force d’âme qui contribue à l’épanouissement et aux comportements sociaux. Chaque type de méditation va laisser une signature différente dans le cerveau. Les expériences menées avec des méditants expérimentés, c’est-à-dire qui ont à leur actif plus de 50 000 heures de méditation dans leur vie, montrent que des changements structurels assez profonds se sont réalisés dans leur cerveau, comme l’épaississement de certaines zones du cortex et de quelques aires spécifiques, comme celles de la compassion ou de l’amour altruiste.

 

La science cherche-t-elle à valider la méditation ?

 

Les méditants expérimentés soumis aux expériences des scientifiques expriment qu’ils ne recherchent pas de validation de leur pratique par la science. Ils n’en ont pas besoin. Mais ils reconnaissent une contribution de la science à une vision « laïque » de la méditation, hors du cadre spécifiquement religieux ou philosophique. En effet, de nombreuses applications existent déjà et se développent dans un cadre thérapeutique : la méditation peut prévenir le burn-out, développer l’immunité, aider des enfants violents à développer des comportements prosociaux. Matthieu Ricard prône une méditation de pleine conscience bienveillante, pour développer en soi un sentiment de bienveillance inconditionnel, d’abord vis-à-vis d’un seul être, puis par une pratique régulière, à un cercle de plus en plus étendu. Il souhaite éviter la déviation possible de la méditation, qui pourrait couper l’individu de son environnement et développer ce que La Voix du silence, un magnifique texte tibétain, appelle la séparativité, obstacle majeur sur la voix de l’Éveil. Il nous rappelle ainsi les valeurs majeures de la méditation bouddhiste, à savoir l’acquisition d’une discipline mentale toujours associée à une conduite éthique, basée sur la compassion et l’amour altruiste.

Cerveau & méditation. Dialogue entre le bouddhisme et les neurosciences
Par Matthieu RICARD, Wolf SINGER, traduit par Carisse BUSQUET
Éditions Allary, 2017, 496 pages, 22,90 €
Par Brigitte Boudon