La beauté, un idéal du vivre ensemble

L’auteur s’interroge sur le sens de la beauté. Où la trouver ?

Acropols 274 - valeurs humaines

La beauté n’est qu’une des manières de parvenir au sommet de la spiritualité. Mais on ne peut pas imaginer la beauté si elle ne va pas de pair avec la vérité, si elle ne va pas de pair avec le bien, si elle ne va pas de pair avec la justice ; elle cesserait alors d’être la beauté. Et notre monde manque de beauté.

Il faut récupérer la beauté car la beauté est équilibre. Une de nos actions est de parvenir à ce que nous puissions tous nous situer de manière à éviter les excès. Ni trop ni trop peu. N’exagérer ni dans un sens ni dans l’autre. Il faut réellement savoir devenir le fléau de la balance, au point de plus grande stabilité.

Je crois que la beauté est aussi vertu. Parce que qui voit le beau voit aussi le bon et, comme disait Platon, la vertu fait du bien à l’âme et c’est pourquoi la beauté fait du bien à l’âme.

Nous nous sommes habitués ces derniers temps à rendre un culte à ce qui est laid et inharmonieux.

Je ne chercherai pas d’autres mots et il ne faut non plus rien dissimuler. Simplement, nous nous inclinons devant le laid, ce qui est définitivement inharmonieux, ce qui ne signifie rien et, en plus, comme il faut bien s’en sortir devant tout le monde, nous sommes obligés d’exprimer une admiration que nous ne ressentons pas  «Oh ! Que c’est beau ! Et c’est quoi ?». Cette simple question, «Et c’est quoi ?» indique déjà que cela n’a rien de beau.

Où trouver la beauté ?

Pourquoi ne cherchons-nous pas la beauté dans la nature ? S’il est vrai que nous sommes encore capables d’apprécier la Nature. S’il est vrai que nous trouvons encore la quantité d’harmonie qu’elle verse à pleines mains en nous tous. S’il est vrai que nous sommes capables d’aider la nature et pas de la détruire. Dans la nature, il y a de la beauté, elle est à la portée de tous.

Où pouvons-nous le plus trouver de la beauté ? Dans ce que nous avons. Il n’est pas nécessaire que l’on nous amène des choses de l’extérieur. La beauté n’est pas un article qui se vende.

Dans tout ce que nous avons, dans tout ce que nous utilisons, dans tout ce qui est à notre portée, il y a de la beauté, à condition que nous nous rappelions que la beauté ne dépend pas des objets matériels, qu’elle ne dépend pas des choses mais de l’idée qui est derrière les choses et des idées avec lesquelles nous relions les choses.

Pourquoi chercher plus que ce que nous avons déjà ? Utilisons ce que nous avons avec plus d’harmonie. Et nous aurons déjà de la beauté.

Il faut évidemment chercher la beauté dans l’art. Mais tout art ou tout ce que nous appelons art n’est pas beau. Car tout comme il y a crise dans l’économique, le politique, le social, l’humain, il y a aussi crise dans l’art.

L’art est vide de contenu ou, du moins, celui qui est le plus diffusé est superficiel et il faudrait prêter beaucoup d’attention à l’impact psychologique que l’art produit en nous. Quand l’art est beau, il produit une commotion spirituelle. Quand il n’est pas beau, il produit une commotion glandulaire.

Malheureusement, l’Art nous manque beaucoup, de celui qui nous fasse nous sentir plus légers, plus parfaits, plus sereins, merveilleusement heureux.

Où chercher la beauté ? Dans la vie, pourquoi non ? L’art de vivre est aussi beauté.

Ce qui se passe est que nous nous laissons vivre, nous nous laissons entraîner par les circonstances et nous ne comprenons pas que chaque attitude, aussi petite soit-elle, chaque action, aussi petite soit-elle, possèdent aussi de la beauté.

C’est un art très particulier dont nous devrions récupérer les anciennes racines et retrouver la satisfaction de la beauté dans le seul fait de vivre, dans le seul fait de pouvoir faire quelque chose de nos vies.

La Beauté dans le Tout et l’unité

En dernière instance, la beauté est plus qu’un sentiment, elle est plus qu’une réaction de la psyché face à quelque chose de beau. La Beauté est une intuition spirituelle. C’est pouvoir pénétrer dans la racine profonde que possèdent toutes choses. Et dans ce cas, l’harmonie qui s’en dégage est telle que nous aussi nous sentons beaux.

Pourquoi pouvons-nous trouver de la beauté dans la Vie quand apparemment la vie ne nous apporte – apparemment j’insiste – que des désagréments ? Parce que la Vie est intégratrice. La Vie ne sépare pas. Notre grande malédiction est le séparatisme. Si nous nous consacrions à observer la Vie, nous verrions comment elle intègre, unifie, synthétise les choses et comment elle les combine jusqu’à parvenir à cette unité que nous ne parvenons pas à concevoir.

Acropolis 274 - valeurs humainesNous cherchons la beauté dans les parties, pas dans l’unité. Nous disons : «Il a de beaux yeux, il a de belles mains». Et le reste ? Nous voyons une partie des choses.

Et il se passe la même chose quand nous analysons notre histoire. Il se passe la même chose quand nous analysons les personnes que nous connaissons. Il se passe la même chose quand nous analysons notre vie. Il se passe la même chose quand nous analysons notre propre cheminement. Nous ne voyons qu’une partie des choses et dans une partie nous n’allons jamais voir la beauté. Il nous faut trouver l’unité : l’unité dans les êtres humains, l’unité dans l’histoire, pour illogique qu’elle nous paraisse, l’unité dans notre action, l’unité dans notre Idéal.

La beauté, dans sa totalité, nous permettrait de briser les limites du temps et de l’espace.

Tous certainement vous avez eu une expérience de ce type : que, face à quelque chose de beau, nous ne nous rappelons ni le temps ni l’espace. Ou plutôt, le temps et l’espace ne nous importent pas car nous sommes plongés dans quelque chose de complètement différent, de bien plus subtil et de beaucoup plus sublime.

La Beauté, un idéal du vivre ensemble

Et j’ajouterai encore que la beauté aide aussi à atteindre le bonheur. Ce n’est pas ce qu’on appelle habituellement bonheur. C’est le bonheur de pouvoir pénétrer dans la profondeur des choses et de comprendre la profondeur des choses.

Vous imaginez-vous comme ce serait merveilleux si nous avions tous la possibilité de nous compénétrer les uns les autres ? La beauté deviendrait alors un idéal du vivre ensemble, un idéal d’harmonie entre les uns et les autres.

Est-ce une utopie ? Non. C’est une utopie pour ceux qui n’ont pas d’idéaux. Pour ceux qui vivent un idéal, c’est une réalité. Le vivre ensemble est possible et l’harmonie entre tous les êtres est possible aussi.

C’est quelque chose à quoi ne peut parvenir une personne seule. C’est à nous tous que nous devons y arriver.

 

Par Délia STEINBERG GUZMAN
Présidente internationale de l’association Nouvelle Acropole
Traduit de l’espagnol par M.F. Touret
N.D.L.R. Le chapeau et les intertitres ont été rajoutés par la rédaction