HÉROS D’AUJOURD’HUI : «Riders for Health»

La moto au service de la santé

En 2013, l’Organisation non gouvernementale (ONG) «Riders for Health» («Motards pour la Santé») offrait l’espoir d’une meilleure santé grâce à l’accès pratique aux soins à 12 millions de paysans en Afrique sub-saharienne. Fondée par Andrea et Barry Coleman en 1991, elle compte parmi les 100 ONG les plus importantes du monde. Elle a probablement sauvé la vie d’une centaine de milliers de paysans. Le couple Coleman appartient aux nouveaux héros du XXIe siècle, les «entrepreneurs sociaux».

Andréa et Barbara Coleman

Andréa et Barbara Coleman

De plus en plus, des formes d’entreprises sociales se créent, sous l’impulsion d’idéalistes. L’entrepreneur social a une vision amplement plus vaste qu’un homo economicus (1). Ce sont les individus, comme le couple Coleman, qui ayant identifié un problème social important, trouvent ensuite des moyens pour le résoudre. Ainsi, de la même manière qu’un entrepreneur peut créer ou changer une industrie par l’innovation – un entrepreneur social agit comme un catalyseur pour changer en profondeur la société. Il a donc une capacité à percevoir des solutions, que l’homo economicus ne peut voir, pour améliorer les systèmes existants par l’innovation en diffusant des solutions durables, basées sur les valeurs atemporelles d’amour et de justice. Le monde ne manque pas de bonnes idées, mais il manque plutôt d’applications efficaces et pragmatiques. Œuvrant sur le terrain, des milliers d’entrepreneurs sociaux combattent la maladie, la pauvreté et l’injustice avec leurs approches novatrices, comme par exemple Muhammad Yunus (2) et Dr. Govindappa Venkataswamy, (3).

Le voyage en Somalie

Voici donc l’aventure de deux motards, Andrea et son mari, Barry Coleman, ancien journaliste du Guardian (4) qui changea la vie de millions de paysans. Elle commença en 1986 avec un voyage en Somalie où leur voiture tomba en panne. Ils ne purent pas oublier les horreurs qu’ils virent : les femmes enceintes emmenées à l’hôpital dans des brouettes ; des véhicules et des motos rouillés abandonnés sur les bords des routes par manque de maintenance ; des infirmières et médecins de village faisant leurs rondes à pied. À l’époque, l’espérance de vie en Somalie était de 46 ans.

Motards tous les deux et circulant en Harley Davidson, le couple Coleman comprit que le système de livraison était précaire. Ce n’était pas uniquement une question de pénurie de médecins et de médicaments. Tout manquait : les vaccins, les moustiquaires, les bandages… mais également les pièces détachées (filtres à huile, vis, outillages…) et surtout les mécaniciens et un protocole de maintenance essentiel pour assurer un système de transport pratique et fonctionnel.

Fondation de «Riders for Health»

Les médicaments sont livrés à moto dans les pays d'Afrique où la circulation est difficile avec des moyens traditionnels

Les médicaments sont livrés à moto dans les pays d’Afrique où la circulation est difficile avec des moyens traditionnels

De retour en Angleterre, les Coleman contactèrent l’organisation internationale «Save the Children». Ils comprirent que le plus grand problème pour immuniser les enfants ruraux contre les maladies infectieuses, était l’accès aux villages isolés. Ils hypothéquèrent leur maison pour fonder l’ONG Riders for Health. Avec l’aide de «Save the Children», des gouvernements locaux et des fonds récoltés lors de rallies vélo ou moto, de courses à pied… ils établirent les programmes pilote en Angleterre. Au préalable, ils avaient constitué une flotte de 47 motos, la moto étant le véhicule le plus adapté pour les routes africaines accidentées, détériorées ou simplement inexistantes. Ensuite, ils mirent en place un système d’entraînement de pilotes et de techniciens au Lesotho. De 1991 à 1996, l’ONG a d’ailleurs fourni dans ce pays des services de soins sans qu’aucune panne ne fût constatée. Suite à cet apprentissage, Riders for Health devint une organisation caritative indépendante, étendant ses services au Ghana, Zimbabwe et Nigeria. Depuis, la flotte fut diversifiée pour y inclure des camions frigorifiques, des fourgonnettes et des ambulances et une moto-ambulance équipée d’un side-car appelé l’«Uhuru» qui peut être utilisée comme une mini-ambulance ou comme une pompe à eau lorsque la moto est à l’arrêt.

Le «federal express» africain

Aujourd’hui, Riders for Health gère et entretient des véhicules pour la livraison de soins médicaux cruciaux pour des communautés rurales en Afrique. Leur impact est impressionnant : un médecin ou une infirmière mobilisé peut s’occuper de six fois plus de patients. Ainsi, l’ONG est devenue le «Federal Express» africain, en formant des professionnels médicaux à la conduite des motos et des véhicules pour traverser des terrains difficiles ; mais aussi à la maintenance journalière, pour que les mécaniciens qualifiés puissent assurer les entretiens mensuels pour éviter les pannes.

En 2014, Riders for Health est présent au Kenya, Lesotho, Malawi, Nigeria, Gambie, Zambie, et Zimbabwe. À la différence de beaucoup d’autres ONG, seules des personnes indigènes de chaque pays sont employées pour assurer que les compétences et les savoirs transmis par l’ONG restent dans les pays pour l’avenir. Ils gèrent plus de 1300 voitures et motos, en renforçant l’accès aux soins médicaux pour 12 millions de personnes à travers l’Afrique (5).

Pour 2015, leurs objectifs sont de livrer les soins médicaux à 25 millions de personnes.

 

Un appel aux dons

Riders for Health est une œuvre de bienfaisance enregistrée en Angleterre et au Pays de Galle. Elle est reconnue internationalement pour son innovation et son efficacité (Prix de l’entrepreneur social de la Fondation de Skoll en 2006).

L’ONG travaille actuellement en partenariat avec plusieurs fondations caritatives et gouvernements en Afrique pour renforcer la santé publique.

Vous pouvez offrir aux populations rurales d’Afrique une meilleure santé dans l’avenir en faisant un don :

  • 15 € pour fournir deux semaines d’essence,
  • 25 € pour acheter une trousse à outils à un professionnel médical pour l’entretien élémentaire de son véhicule ou de sa moto avant chaque sortie,
  • 70 € pour un jour d’entraînement d’un professionnel médical pour apprendre à conduire sans risque une moto,
  • 1250 € pour assurer les frais d’un professionnel médical pour une année entière.

 

Pour faire un don :

www.riders.org

E mail : rfh@riders.org

Tel : +44 (0)1604 889 570

 

Ainsi, la vision de Riders for Health pourrait se résumer ainsi : un accès à la santé pour tous et partout dans le monde.

Par James H. LEE
Riders for health

Riders for health


(1) Homo economicus, homme économique, qui signifie un être qui agit dans une manière totalement rationnelle – une hypothèse de base d’économie classique d’Adam Smith. Cette vision réductrice est en contradiction avec le comportement altruiste depuis l’apparition de l’homme sur terre, souligné par Mathieu Ricard, Plaidoyer pour l’Altruisme : la force de bienveillance, Editions Nil 2013
(2) Né en 1940, économiste, entrepreneur bangladais connu pour avoir fondé la première institution de micro-crédit en 2006. Surnommé le «banquier des pauvres»
Voir articles parus dans la revue Acropolis n°245 (octobre 2013) sortir de la crise économique et n°250 (mars 2014) Le social Business
(3) Chirurgien ophtalmique (1918-2006) qui a crée un réseau d’hôpitaux Aravind, spécialisé dans la chirurgie des yeux en Inde. Lire l’article paru ans la revue Acropolis n°262 (avril 2015)
(4) Quotidien d’information britannique fondé en 1821, de ligne éditoriale centre-gauche et dont le site internet fut en 2012 le troisième site de presse le plus consulté au monde
(5) En 2012, Riders for Health a contribué à accroître la proportion d’enfants complètement vaccinés en Gambie (de 62% à 73%), et à diminuer les décès par paludisme au Zimbabwe à 21% (par rapport à 44% dans la région voisine pas encore servi par cette ONG)