Egaux ou inégaux ?

Dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, «Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.» Sommes-nous tous égaux ?

 

Sommes-nous tous égaux ?

Sommes-nous tous égaux ?

L’égalité est dans nos esprits, dans le but vers lequel nous avançons, dans les enseignements que nous partageons, dans les espaces dans lesquels nous travaillons. Et dans bien d’autres choses encore, similaires à celles que nous venons de citer. Nous sommes assurés que ces égalités essentielles favorisent une saine vie commune et peuvent limer les aspérités qui surgissent des différences naturelles, qu’on ne peut éviter ni occulter.

Sommes-nous inégaux en quelque chose ? Oui, en beaucoup de choses, sans que cela doive s’interpréter comme une offense. Nous sommes inégaux en ce qui concerne les sexes, les âges, l’éducation reçue, des facteurs personnels de développement, dans nos goûts, dans notre manière de nous exprimer, dans nos rythmes de travail… et des douzaines de points encore entre lesquels on ne peut établir de similitudes par le seul fait de les imposer. Nous savons que ces différences n’affectent pas l’esprit essentiel, mais qu’ils affectent la personnalité et, malheureusement, nous avons l’habitude de travailler quotidiennement beaucoup plus avec la personnalité qu’avec l’esprit, c’est-à-dire avec les différences et non avec les égalités.

Il faut comprendre qu’en dehors des valeurs essentielles, nous autres humains sommes différents et que ces différences méritent attention, compréhension, pour pouvoir arriver en fin de compte au respect.

Par Délia STEINBERG GUZMAN
Extrait de Philosophie à vivre, Délia STEINBERG GUZMAN, éditions des Trois Monts, 2002
N.D.L.R. Le chapeau a été rajouté par la rédaction
 «L’égalité n’est une identité que de choses qui ne sont pas les mêmes, qui ne sont pas identiques entre elles et l’inégalité est une relation entre choses inégales.» Hegel