Derzou Ouzala

Derzou Ouzala

Derzou Ouzala

La vie de Derzou Ouzala, chasseur de zibeline en Sibérie.

En 1902 Vladimir Arseniev explore la région de l’Ossouri dans la Taïga sibérienne. C’est là qu’il rencontre Derzou Ouzala, petit homme et grand chasseur qui, connaissant la région comme sa poche, devient le guide du topographe. Ouzala respecte la nature et conduit dans des régions inconnues le détachement d’Arseniev, où vivent les Goldes, les Oudégués et les farouches Khounkouzes venus de Chine. Une amitié profonde lie Arseniev à Derzou le 19e chasseur de zibeline. Auprès de lui le capitaine russe apprend à vaincre les obstacles naturels et à connaître les éléments dans ces immenses forêts qui se déroulent sans fin.

Quelques années plus tard Derzou Ouzala s’aperçoit que sa vue baisse et, vieilli, acceptera de venir habiter dans la grande ville qu’il n’a jamais connu, chez son ami. Mais, coupé de son milieu naturel il ne survivra pas. Ce film d’Akira Kurosawa, sorti en 1975, est d’une force humaine et d’une beauté à couper le souffle. Grand chef d’oeuvre dans sa simplicité même Kurosawa signe là un film qui ne peut vieillir tant il demeurera universel. Maxime Mounzouk le chasseur joue son propre rôle et il est criant de vérité. Il évolue dans son domaine et le cinéaste le dirige à peine.

Cette beauté rare qui habite tout le film vient de scènes où l’on entend la conversation de la nature, la morsure du vent dans la Taïga, séquence admirable où le chasseur sauve la vie du géographe qui se fait surprendre par l’arrivée de la nuit. Cette méditation sur la vie, sur la mort, sur ce qui relie les êtres au Créateur est un superbe poème dont le cinéma actuel est si avare. Le personnage de Vladimir Arseniev est très beau lui aussi. C’est un intellectuel venu de la ville mais ouvert et de bonne volonté, prêt à apprendre auprès d’un être simple les règles élémentaires de la vie. Un homme qui a déjà beaucoup travaillé sur son propre ego.

Je ne peux que recommander ardemment ce film à tous les âges de la vie pour le message qu’il délivre.

Par Lionel TARDIF

Espace Daniel Sorano 16, rue Charles Pathé – 94 300 Vincennes

Tel : 01 43 74 73 74 – www.espacesorano.com